« C’est quoi le Véganisme? » en un livre

vero ban

C’est avec un énorme plaisir que je vous annonce la publication de mon premier livre aux Editions Trédaniel Le Courrier du Livre: « C’est quoi le Véganisme? De la théorie à la pratique pour un mode de vie 100% éthique » que je sais beaucoup attendaient.

Ce livre ne se contente pas uniquement de partager ce que nombre d’autres auteur-es ont put dire sur les conditions d’exploitation des animaux mais j’essaie de mettre en lumière également l’histoire de ce mouvement de libération animale qui est ancien, ses origines politiques et sociales, ainsi que d’offrir un guide, que j’ai souhaité le plus simple possible, à tout ceux qui soit, sont déjà en transition vers un mode de vie plus éthique, soit veulent aller encore plus loin. Il est aussi l’occasion de briser des mythes qui continuent à être disséminés notamment dans les médias et la presse.

Je vous conseille de lire l’article que j’ai publié sur l’excellent site « Les 1001 vies » où j’y développe mon approche.

Vous pouvez commander le livre de diverses manières. Tout d’abord, si cela est plus simple pour vous, vous pouvez le trouver sur Amazon.fr et la FNAC.

Pour des raisons éthiques, si vous pouvez le commander dans une petite librairie indépendante, regardez ce site: LesLibrairies.fr

Et il y a bien sûr le site de l’Editeur, le formidable Courrier du Livre, sans qui ce livre n’existerait pas: Guy Trédaniel Editeur -Le Courrier du Livre

Et en dernier lieu, si vous ne le trouvez pas dans votre librairie indépendante locale, ils commanderont le livre pour vous.

Playdoyer pour les cochons

piglet-3386356_1280 Image by Roy Buri from Pixabay
Piglets (Porcelets) – Image by Roy Buri from Pixabay

Non, ceci n’est pas un billet lié à la vague #balancetonporc mais plutôt un appel en faveur de l’animal non-humain qu’est Sus Scrofa Domesticus, de son nom scientifique, plus connu également sous le nom de cochon. En fait, j’adore les cochons (l’animal non-humain) justement parce que j’ai envie de sauver leur réputation en plus de leur sauver la vie.

Le cochon est de loin plus intelligent que le chien et la science démontre qu’il peut résoudre des problèmes mathématiques et possède même une intelligence équivalente à celle d’un enfant de trois ans. Les porcelets dès seulement 6 semaines d’âge apprennent le concept du miroir en seulement quelques heures alors qu’il faut à un jeune enfant plusieurs mois. Emotionellement, leur capacité à la joie et l’anticipation d’un événement (comme l’arrivée de délicieuse nourriture) est une évidence.

« Nous devons repenser l’opinion que nous avons des porcs » dit la neuroscientifique Lori Marino, de l’université Emory, au Canada. Elle ajoute que « Nous avons montré que les porcs partagent un certain nombre de capacités cognitives avec d’autres espèces très intelligentes telles que les chiens, les chimpanzés, les éléphants, les dauphins, voire les humains »

Pourtant, le cochon ou la truie sont maltraité-es, dénigré-es, considéré-es « sales » et la langue française (mais pas que) ne peut s’empêcher d’instrumentaliser ce pauvre animal. « Manger comme un cochon » est une expression malheureusement courante et qui est tellement loin de la réalité.

En fait, les cochons, contrairement à l’image qui est donnée d’eux, sont très propres. Incapable de suer comme les humains (ils ne possèdent pas de pores), ils aiment les bains d’eau et de boue, seule manière pour eux de se rafraichir mais surtout de protéger leur peau des coups de soleil et des parasites.

Jamais la truie, qui est très familiale, ne ferait ses besoins au même endroit où elle élève ses petits. A raison d’une portée de bébés par an, les truies s’éloignent du groupe et se construisent consciencieusement un lieu pour mettre au monde leurs petits. Et ceci est vrai même en dehors du cas des naissances. Ce sont à l’origine des animaux de forêts habitués à parcourir du territoire (et non être enfermés comme des prisonniers). Le cochon « domestique » est une sous-espèce du sanglier et du cochon sauvage et peut parfaitement se reproduire avec ceux-ci.

L’intelligence du cochon est maintenant démontrée par la science comme étant une des plus haute du règne animal. Il serait même en 4ème position après le chimpanzé, le dauphin et l’éléphant. En effet, il est conscient de lui-même, possède une grande mémoire, est parfois (oui) machiavélique mais aussi empathique, et est capable de jouer à des JEUX VIDEOS mieux que les chimpanzés. Sa communication est très développée et ses émotions fortes. Tout comme les chiens, nous avons aussi des exemples de cochons sauvant la vie d’humains non seulement physiquement mais aussi pour la chirurgie des grands brulés.

Cochon star Farm Sanctuary May 5, 2014
Une des stars de Farm Sanctuary (Sanctuaire pour animaux de fermes) – Photo que j’ai prise en Californie le 5 Mai 2014

Dans l’image ci-dessus, ce cochon (dont j’ai malheureusement oublié le nom) se prélasse dans une marre d’eau au Sanctuaire Farm Sanctuary’s Animal Acres en Californie non loin de Los Angeles que j’ai visité en Mai 2014. Il était une vraie star et adorait s’amuser devant les visiteurs. Il est rapidement devenu un des habitants du sanctuaire préféré de la journée. Beaucoup d’autres animaux au sanctuaire ont été bien trop traumatisés par les humains pour s’approcher d’eux. Mais pas lui. Je n’ai donc pas résisté à le prendre plusieurs fois en photos.  Quel bonheur de voir des animaux heureux vivre leur vie, choyés par les humains qui prennent soin d’eux et sans avoir à craindre pour leur vie. Nous sommes ici à des années lumières de la violence de l’élevage. Il existe aussi des gens qui adoptent des cochons chez eux comme ils adopteraient un chien ou un chat. L’exemple de la célèbre Esther me vient à l’esprit.

Pendant ce temps dans le monde « civilisé », la vie du cochon n’est que misère.

Comme je l’explique dans « C’est quoi le véganisme? », la vie des cochons (et des autres animaux esclaves des humains) est tout sauf la vie que mène la star de Farm Sanctuary ci-dessus. Il fait partie des chanceux qui ont pu échapper à l’élevage et finir leur vie à l’abris de l’exploitation et de la torture. Malheureusement, ce n’est pas le cas pour des millions de cochons (milliards si l’on inclut les autres espèces esclaves). Dès leur naissance, on castre les porcelets à vif, sans anesthésie (même si l’industrie prétend l’inverse), on leur arrache des dents car, une fois adultes, ils deviennent fous et cannibales. On les force à consommer 37% des antibiotiques vétérinaires vendus en France. Et pour couronner le tout, on nie aux truies leur comportement naturel de mères et les enfermant dans des cages si serrées qu’elles ne peuvent donner aucune tendresse à leurs petits et parfois même les écrasent involontairement en complète négation du lien sacré entre parent et bébé.

Et si les cochons survivent à tout ça, ils peuvent espérer vivre 5 mois. Dans la nature, ils peuvent vivre 25 ans. On peut apprendre beaucoup des cochons: leur sens de l’empathie, leur côté extrêmement maternel (leur groupe est organisé de façon matrilinéal), leur respect de l’environnement… Comme l’explique l’association L214: « Quand il s’agit d’une ressource naturelle (des champignons, par exemple) et qu’ils ont tout mangé, ils attendent plusieurs jours avant de ré-explorer l’endroit. Quand il s’agit d’une ressource qui se renouvelle rapidement (une mangeoire réapprovisionnée plusieurs fois par jour par un humain), ils l’explorent en premier dès qu’ils commencent à avoir faim. » Ce n’est certainement pas le cas des humains, destructeurs en chef.

Si seulement, nous pouvions arrêter de les voir comme objets de consommation à notre service. L’élevage n’existe que parce que nous exploitons le système reproductif des animaux femelles. Le lien historique est que l’exploitation des animaux femelles a également conduit à l’exploitation des femmes et à l’esclavage humain il y a environ 8 à 10000 ans. Tout est connecté. Ce n’est pourtant pas si compliqué de ne pas les manger. Nous n’en avons aucune nécessité biologique. Seule la propagande qui nous est imposée dès la naissance nous incite à consommer leur chair. Et comme toute propagande, elle ne dépend que de celui ou celle qui y croit.

« Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des guerres. » Léon Tolstoï 

Sources:

© Copyright Septembre 2019 – Veronique Perrot – Tout droits réservés. Toute utilisation et/ou publication non-autorisée de ce matériel sans l’autorisation verbale ou écrite de cette auteur et/ou de cette propriétaire est strictement interdite. Des extraits ou des liens peuvent être utilisés si un crédit clair et complet est donné avec une direction spécifique et appropriée vers le contenu original.

L’hôpital, les calculs et moi

Je viens de passer trois jours au CHU de Nîmes. Cette hôpital est une sorte de monstre géant et tentaculaire dans lequel vous avez la garantie de vous perdre (sérieux!). J’y suis allée pour faire enlever ma vésicule biliaire (voir plus loin à ce sujet).  Etant très inquiète de l’état de l’hôpital public et de la souffrance au travail des soignants, j’ai pensé que cette intervention était l’occasion de prendre des notes sur mes observations et lors de conversations possibles avec les soignants.

IMG_7027

Premier jour:

Ma première pensée en arrivant en salle d’enregistrement du séjour était « comment un endroit comme celui-ci garde-t-il une dimension humaine? » La réponse se trouve en chacun des soignants que je vais rencontrer sur les trois jours de mon séjour à commencer par la jeune femme qui enregistre mon arrivée. En salle d’attente, ma curiosité me pousse à demander à une dame qui vient de s’enregistrer combien de gens sont devant elle. La réponse: Vingt-Trois. Je n’en ai que deux mais il est vrai que mon séjour était programmé à l’avance. De plus, tout le monde ne se présente pas pour une hospitalisation. La salle d’attente est bondée de monde. Je dois y rester au minimum trente minutes avant que la jeune femme, que j’avais vu s’empresser d’un endroit à l’autre pour accueillir les gens, ne m’appelle à mon tour. Elle est stressée. Je compatis immédiatement car j’ai vu un bureau d’acceuil ouvert sur deux. J’en compte environ vingt. Sous effectif… déjà.

IMG_7028

Je lui demande si ça va. Elle me répond, abruptement, qu’elle n’a pas le temps de discuter avec moi. Combien de temps a-t-elle pour chaque personne qui se présente? Trois minutes, pas une de plus. Elle termine et m’indique où aller ensuite. Ignorant son comportement, je lui souhaite bon courage et je reçois un sourire de gratitude en réponse. (A suivre).

Je continue dans le dédale du CHU et j’arrive aux ascenceurs. Un seul marche sur les deux disponibles. Une dame, régulière du CHU, me dit que ça fait des mois qu’il est en panne. Il y a les escalier mais veut mieux être valide… ou très patient.

Arrivée au bon niveau, je rencontre Corinne (1), une aide soignante très sympa qui m’installe dans la chambre et me montre tout ce que je dois savoir. Le personnel de ce service me semble moins stressé que celui de l’accueil car le contexte est différent.

Mon végétalisme est bien accepté à ma grande surprise (je pensais que manger serait compliqué). Il semble que le repas très « light », vu qu’il s’agit de chirurgie digestive, ne devrait pas poser problème.

Deuxième jour: l’opération

J’ai interdiction de boire quoi que ce soit après six heures du matin et de manger depuis minuit. J’ai extrêmement soif mais je dois prendre mon mal en patience. On m’a dit que j’irai au bloc opératoire en fin de matinée. Chaque personne qui passe me voir est toujours très gentille. Je suis dans une chambre sans voisine (coup de bol).

11h30: Il y a 3 opérations avant moi. On me permet d’avoir un doliprane sous la langue pour quelques douleurs vers 13 heures.

14 h 30: Un brancardier, jeune homme dynamique et plein d’humour, m’emmène au bloc pour la chirurgie. C’est comme une usine. Les brancards sont alignés. On vous installe les perfusions. Une étudiante en médecine et plusieurs internes s’affèrent autour de moi. Je me sentais dans un film de guerre, l’intérieur me faisant penser à un sous-marin (et l’abscence de mes lunettes n’arrangeait pas cette impression). La sortie se fit environ deux heures plus tard. Le personnel a été remarquable.

La nuit qui suit l’opération, je rencontre une interne et lui dit que je vais écrire sur les conditions de travail à l’hôpital. Elle est très contente et prend cinq minutes pour me parler. Elle m’explique qu’il y a deux infirmières pour vingt-trois patients. « Ca pourrait être pire », me semble-t-elle dire. Mais ça pourrait être mieux.

De retour dans ma chambre, j’entends un patient excédé de sa situation insulter les infirmières. J’admire leur patience et leur fermeté nécessaires. J’avoue à une infirmière que je ne pourrais pas garder mon calme (d’ailleurs pourquoi je ne me vois pas dans un métier comme celui-ci).

Je décide de me promener un peu le matin avec « Max ».

IMG_7152
« Max ». Surnom que j’ai lui ai donné à cet objet car il ne m’a pas quitté de la journée.

J’en profite pour discuter rapidement avec une autre interne qui me décrit le manque de moyens dont elles et ils souffrent tous. Elle me dit qu’ils tiennent uniquement parce qu’ils aiment leur métier et prendre soin des gens. D’ailleurs, elle « n’attend absolument rien de la ministre de la santé actuelle ».

Pour les repas, ils ont été supers et ont fait en sorte de me fournir des plats végétaux.

Troisième jour: La sortie

Je retrouve la personne qui m’avait accueillie deux jours auparavant. Ma bienveillance à son égard a fait qu’elle se souvenait très bien de moi et elle m’a gratifié d’un grand sourire. Je lui ai conseillé de prendre soin d’elle-même.

Autre sourire de gratitude.

  1. Les noms ont été changé pour protéger l’anonymat des soignants.

 

Ces calculs qui m’ont pris en traître.

De tous les problèmes de santé que je pensais avoir, les calculs biliaires étaient les derniers auxquels je m’attendais. Cela faisait presque deux ans que j’essayais de trouver la source de mes douleurs dorsales. Elles m’auront bien empoisonné la vie. J’ai donc consulté médecins après médecins. Ayant des problèmes de dos depuis l’enfance (scoliose, disques esquintés), j’avais les premiers mois mis ces douleurs sur le compte du handicap moteur (et le fait que je vais avoir cinquante ans). Ensuite, cette cause éloignée, ma rhumatologue a penché pour une maladie immunitaire, vite écartée. Enfin, en faisant un jeun de deux jours, j’ai fait le lien entre manger et les douleurs. Direction le gastro-enthérologue et bonjour chirurgie.

Mais la question qui me turlupinait était celle-ci: Comment la vésicule biliaire peut-elle se remplir de calculs et j’ai donc fouillé dans les articles scientiques de mes profs, notamment le Dr John McDougall, le Dr Neal Barnard (grâce à son enseignement, j’ai éliminé mon diabète il y a des années) etc.

Les calculs biliaires, à 90%, sont liés au cholestérol. Ne mangeant aucun produit d’origine animale depuis 2006, il était mathétiquement impossible que mon problème soit récent. Les aliments 100% d’origine végétale ne contiennent aucun cholestérol et seul le corps produit donc le cholestérol nécessaire. C’est notamment une des raisons, parmi tant d’autres, pour lesquelles il ne sert à rien de manger des produits d’origine animale.

Les calculs biliaires sont une maladie des pays affluents, autrement dit riches. Ce n’est pas une maladie de pays pauvre (tout comme le diabète, la plupart des cancers, les maladies cardiaques, etc).

Comment cela se passe-t-il: lorsque la bile dans la vésicule est saturée de cholestérol, elle crée des calculs. Le Dr McDougall en décrit les causes ainsi: « Un régime très riche en aliments containant du cholestérol comme les viandes rouges, la volaille, le poisson et les produits laitiers est la cause principale du développement de niveaux très saturés de cholestérol dans la bile. Les huiles Polyinsaturatées (huiles végétales), aussi, pousseront le foie à excréter de plus larges quantités de cholestérol qui passent dans les fluides de la vésicule biliaire, et donc favorisent la formation de calculs. »

Je ne mange plus d’aliments contenant du cholestérol depuis 2006 (année où je suis passée à un régime végétalien) mais j’ai continué à utiliser (trop) d’huiles végétales.

Il y a deux situations possibles avec les calculs biliaires: soit ils sont indolores et donc vous les ignorez. Soit ils provoquent des douleurs énormes (ce qui était mon cas) et donc il faut enlever la vésicule. Fort heureusement, ce n’est pas un organe vital (comme l’appendice) et mon foie, mes reins, et mon pancréas sont en excellente santé.

Selon McDougall, un régime très peu gras et végétal permet dans beaucoup de cas d’éliminer les calculs sans passer par la chirurgie. Cependant, il précise bien que ce n’est pas une garantie. Dans mon cas, j’ai toujours eu tendance à trop aimer le gras et le problème était en évidence sous-jacent depuis des lustres.

John McDougall explique: « Une fois les calculs diagnostiqués, dans les cinq premières années, seulement 10% des patients développent des symptomes, sur vingt ans, 20% ont des symptomes. Cela veut dire que quelqu’un avec des calculs a 80% de chance de vivre sans symptomes, c’est à dire qu’il restent asymptomatiques. » Manque de bol pour moi, je me suis retrouvée dans les 10% à 20% avec symptomes. Mais cela veut aussi dire qu’il a fallu entre cinq et vingt ans pour qu’ils se développent. Je suis végane depuis 2006 et je mange majoritairement des aliments non transformés (et le plus possible bios) depuis au moins 2008. C’est bon j’ai compris. je devais trainer cela depuis longtemps mais c’étant sans douleur jusqu’à l’année 2017. Mon seul regret est de ne pas avoir réappris à manger dix ans plus tôt que prévu. J’aurais peut-être complètement évité le problème. La plupart de nos maladies modernes sont dues à nos régimes alimentaires, que l’on parle de diabètes (j’en sais quelque chose et j’en parle d’ailleurs dans mon livre « C’est Quoi le Véganisme? »), certains cancers, les maladies cardiaques, etc.

Je n’aurai jamais vraiment la réponse. Cela me conforte cependant encore plus dans l’idée d’éliminer au maximum les huiles végétales (mieux vaut manger des noix – qui ont des fibres – que de cuisiner à l’huile de noix, par exemple) et de rester végétalienne (2) pour ma santé.

2. Je me réfère au « végétalisme » quand je parle uniquement alimentation. Le « véganisme » est une philosophie de vie qui inclue le « végétalisme ».

Sources:

Note: s’il n’y a pas de lien à des articles en Français, c’est que, comme d’habitude, il n’y a rien de remarquable.

La « psychologie » des arènes

2019-05-12-11.04.40.jpg
Vergèze, le 12 mai 2019, après la mort du premier taureau.

Je vais être claire: non je ne suis pas psychologue. Par contre, cela m’intéresse et il m’est intéressant d’observer les gens, surtout dans des situations qui me sont absolument opposées éthiquement. Sur les stands végans, la mentalité des carnistes est quelque chose qui me fascine.

Maintenant, dans les arènes d’une corrida, je dois dire que cela peut être un grand sujet d’intérêt. Ma curiosité l’emporte et je ne peux résister à l’idée d’essayer de piger ces gens qui aiment voir un animal être torturé alors qu’ils seraient probablement horrifiés s’il s’agissait de leur chien ou chat (quoique?).

Je suis donc allée à un « spectacle » de Corrida ce dimanche, tout d’abord pour filmer ce qui s’y passe mais aussi curieuse de « rencontrer » ces afficionados, ces amoureux de la mort et de la violence envers les taureaux. C’est édifiant.

Avant le spectacle taurin, le passage obligé est la buvette. Pour bonne mesure, j’ai avalé un petit rosé. Je me suis aussi dit que ça aiderait à faire passer ce qui suivrait. Puis j’ai pris le temps de « sympathiser » et discuter avec les gens, me fondre dans leur monde. Si je rencontrais ces gens hors du contexte, je les trouverais très sympathique. Voilà ici le grand paradoxe de cette populace. D’un coté, ils ont l’air civilisés, de l’autre, ils nous apparaissent comme des sadiques qui aiment le sang. Peut-être est-ce simpliste? Mais ce sont pourtant les faits.

Pour entrer dans les arènes, il faut soit être savamment manipulé depuis l’enfance et donc complètememnt embrigadé, ou être bon-ne comédien-ne et ranger ses émotions dans une boite bien fermée. Je me range tentativement en catégorie 2. C’est donc dans une boite bien fermée que j’ai mis tout mon ressenti pour les taureaux et que j’ai joué mon rôle « d’afficionado » convaincue auprès de ces gens « sympathiques » et joyeux (sic). Si l’on est pas capable de le faire, autant sortir des arènes tout de suite.

Le « spectacle » démarre. Les empaillés entrent, saluent la foule (arènes à moitié vides), les chevaux avec des nanas en costumes entrent puis les mecs en blancs chargés du « nettoyage » après chaque mise à mort. Salutations à la foule, applaudissements. Le cortège ressort.

Entre le premier taureau. En suivra 4 autres. Je ne ferai qu’un résumé car le déroulement est singulièrement le même. Les seules variations sont les degrés de boucheries des crétins amateurs sur la piste pour les tuer. Le premier empaillé arrive dans son costume trop serré (au niveau des… bon vous avez compris). Il agite sa cape rouge, réactions de la foule, quelques « holé », rien de grave jusque là. Ensuite viennent les banderilles, gentilles lâmes de plusieurs centimètres équivalentes d’une piqure de rappel pour ces gens mais qui sont bien en fait des couteaux enfoncés dans le corps de l’animal. Puis le crétin empaillé arrive avec son épée qui était cachée sous la cape, et, le cul en arrière (c’est grotesque) s’avance pour viser le cou du taureau. Les spectateurs retiennent leur souffle, je retiens mon dégoût. Il se lance et enfonce maladroitement l’épée dans le corps du taureau qui se met à tourner en rond affolé et certainement en grande souffrance. Le benêt a mal fait le « boulot » car l’épée ressort de moitié (ça arrivera sur 4 taureaux sur 5). A plusieurs, ils continuent à faire tourner l’animal en rond pour le désorienter. Puis il est piqué à la tête à plusieures reprises. Enfin, piqué est un gentil mot. Il réagit à chaque fois. Finalement, il s’écroulera sous les applaudissements des sadiques et dans son propre sang.

A la fin du « spectacle », ma voisine, très enthousiaste de mon « intérêt » pour tout ça m’invite dans son club taurin…. mmm pour étudier plus ces gens, pourquoi pas. Pour devenir comme eux? Certainement pas.

Note intéressante: pendant tout le déroulé, nous pouvions entendre les bruits et sirènes des anti-corridas à l’extérieur, ce qui a fortement énervé ces gens. Un a même dit: « Qu’est-ce qu’ils attendent pour utiliser les canons à eaux contre eux? ». Combiné au vent, ce n’était pas complètement la joie pour ces gens. Autre commentaire amusant celui là: « Je suis sûr que les anticorridas sont payés pour faire ça ».

J’ai enlevé le couvercle sur mes émotions le lendemain. Ces gens là, tristement, ont un couvercle depuis toujours et ne l’enlèveront probablement jamais.

 

© Copyright Mai 2019 – Veronique Perrot – Tout droits réservés. Toute utilisation et/ou publication non-autorisée de ce matériel sans l’autorisation verbale ou écrite de cette auteur et/ou de cette propriétaire est strictement interdite. Des extraits ou des liens peuvent être utilisés si un crédit clair et complet et donné avec une direction spécifique et appropriée vers le contenu original.

 

Ci-dessous vidéo du 4ème taureau massacré par les amateurs. Si vous êtes sensibles, je vous ai prévenu.

 

Gilets jaunes / vegans : même combat…..

Ok j’ai tout sauf le talent de la camarade Rosa B dont j’adore les bandes dessinées « Insolente Veggie ». Mais pour le fun, j’ai ressorti un crayon. C’est moche, peut-être pas drôle mais ça me fait du bien au vu de la bêtise de certains.

Réponse à la tribune de Paul Ariès

Dans le journal Le Monde du 8 Janvier 2019, le politologue français Paul Ariès écrit une charge extrêmement violente contre les végans dans sa tribune appelée « les Végans mentent sciemment ». A la lecture de cette tribune inouïe de clichés et d’ignorance et franchement cruelle, j’ai voulu répondre. La tribune de M. Ariès est à la fin de l’article. Ma réponse est parue dans le Monde des Lecteurs en ligne du journal Le Monde le 15 Janvier 2019. Je copie ici mon article entier vu que l’accès est réservé aux abonnés du journal.

monde des lecteurs

« M. Ariès tombe dans le piège de la « culpabilité par association »

C’est avec consternation que j’ai lu l’article de M. Paul Ariès paru dans le journal Le Monde le 8 Janvier 2019 avec le titre « Les végans mentent sciemment ». Mais quelle mouche a donc piqué ce monsieur qu’il doive se salir avec des stéréotypes, des théories conspirationnistes et surtout une telle ignorance de l’immense variété de la pensée végane et antispéciste pour la réduire à seulement quelques auteurs du combat pour les droits des animaux non-humains ?

Rarement ai-je lu autant de clichés en un seul article. M. Ariès accuse tous les végans de vouloir « en finir avec toute forme de prédation, en modifiant génétiquement, voir en supprimant, beaucoup d’espèces animales »… Mais cher monsieur, qui a en premier modifié génétiquement des espèces qui étaient libres pour devenir des objets à notre service ? Qui modifie génétiquement des milliards d’animaux esclaves en leur donnant des antibiotiques, des hormones, leur coupant des membres, tout cela pour servir les humains ? Qui, depuis toujours, modifie constamment le fonctionnement du vivant sur la planète, par ailleurs en détruisant le monde naturel par la même occasion, pour servir les intérêts humains ?

Je trouve hypocrite de renverser la culpabilité de ceux qui soutiennent ces entreprises de destructions écologiques que sont les élevages sur les végans. Ignorez-vous donc que l’élevage industriel est la cause numéro 1 de la destruction des océans et de la biodiversité en général ? Vous accusez les végans d’être anti-écologistes alors que par nos actes nous avons justement l’empreinte écologique la plus basse qu’il soit.

Ensuite vous vous permettez de nous associer tous, sans distinction, aux déclarations controversées de M. Peter Singer. C’est bien mal connaitre la diversité des opinions dans le mouvement. C’est un procédé malhonnête de culpabilité par association. Je suis personnellement assez opposée aux théories utilitaristes de Singer et encore plus à ces propos pseudo-zoophiles. J’ai même écrit un chapitre de mon livre ou je dénonce fermement la zoophilie, bestialité et pire, la zoo-pornographie. Ces pratiques ne sont toujours pas condamnées en France. Je ne vous vois pas vous offusquer de ce fait.  Donc, toute votre argumentation repose sur les écrits de seulement quelques personnes afin de discréditer tout une mouvance et philosophie que l’on peut tracer jusqu’à Pythagore.

Si vous lisiez mon livre et celui de beaucoup d’autres auteurs, vous constateriez que l’écologie est justement très présente au cœur de notre vision du véganisme parce que, pour nombre d’entre nous, il ne peut en être autrement. Votre défense de la consommation de viande est contraire aux nécessités modernes de réduction, voir d’élimination de sa consommation (demandées notamment par l’ONU) pour préserver la planète. En évidence, vous n’avez également aucune connaissance nutritionnelle (vous êtes politologue) de ce que le corps humain peut accepter ou non. Nous pouvons parfaitement vivre et très bien sans exploitation animale mais c’est un concept qui vous échappe car vous faite partie de ce patriarcat désuet qui trouve normal de violer une vache pour « l’inséminer » et de boire ensuite le lait de croissance destiné à son bébé. Si une femme donnait son lait à un autre mammifère vous seriez choqué à juste raison. Mais l’absurdité du contraire ne vous interpelle pas une seconde.

« Les apprentis sorciers » comme vous nous qualifiez sont ceux qui, en déni total des connaissances éthologiques et nutritionnelles de ces vingt dernières années, s’obstinent à croire que les animaux non-humains sont des choses encore à notre service et qu’il faut donc continuer à les faire naitre par milliards. Etes-vous conscient que la biomasse des humains (et de leurs animaux domestiques) correspond à 98% de la biomasse planétaire quand celle des animaux sauvages n’est plus que de 2% ? Il y a seulement quelques siècles, cette tendance était exactement le contraire. Autrement dit, notre nombre plus les milliards d’animaux domestiqués sont directement impliqués dans la 6ème extinction des espèces.

Notre prédation sur le monde vivant est directement liée à notre prédation sur la nature. Elle tient à notre complexe de supériorité machiste sur tout ce qui vit. Notre consommation de viande tue la forêt amazonienne et crée des zones mortes dans les océans. La France est le plus gros importateur de soja OGM du Brésil pour engraisser le bétail (et non les végans). Les océans se meurent par la surpêche et une large partie des poissons récupérés sont transformés en farine animale… pour le bétail. Et vous osez accuser les végans dans l’ensemble de vouloir la destruction de la nature ? Vous préférez perdre votre temps à vous attaquer aux « fausses viandes fabriquées industriellement à partir de cellules souches ». Etes-vous au courant que PERSONNE dans la communauté végane ne mange de telles « viandes » et je vous défie de trouver un végan qui voudrait les manger. La « viande de souche » est une idée défendue par les carnistes qui ne veulent pas abandonner leur goût du steak et qui n’a rien à voir avec les habitudes des végans eux-mêmes bien plus attachés à leurs burgers de légumineuses et haricots, très riches en protéines saines et généralement bios.

Non M. Ariès, la majorité des végans ne correspond pas aux quelques personnes que vous citez dans votre article pour décrédibiliser un combat de justice sociale. Par ailleurs, je pourrais vous répondre avec des citations de Lamartine, Tolstoï, Shaw, Plutarque, Gandhi, Hugo et tant d’autres allant à l’encontre de vos idées mais je vous les épargne ici.

Les animaux non-humains n’ont rien à faire, comme le dit Tom Regan, dans des cages, des cirques, des chambres de tortures, tout simplement parce que l’être humain est parfaitement capable de faire autrement et qu’en plus, comme je le montre une fois de plus dans mon ouvrage, c’est même nécessaire pour des questions de santé publique et pour nous grandir en tant qu’humains. A moins que vous vouliez également un retour au cannibalisme.

Vous vous décrédibilisez vous-même par votre ignorance crasse du véganisme et des végans dans leur ensemble et encore plus en ignorant par exemple quelque chose qui s’appelle « l’agriculture végane » qui ne requiert aucunement de l’exploitation animale. Mais pour cela, il faut avoir le désir de ne pas instrumentaliser certains auteurs afin de défendre des contre-vérités parce que nous dérangeons vos habitudes. Ces théories ou concepts marginaux ne représentent en rien la majorité d’entre nous et, contrairement à ce que vous dites, c’est bien votre assiette que vous défendez.

 

Véronique Perrot, auteure du livre « C’est quoi le Véganisme ? De la théorie à la pratique pour un mode de vie 100% éthique » aux Editions Le Courrier du Livre. »

Lien à la page de l’article – Courrier des Lecteurs

aries le monde 9 janvier 2019
Tribune de Paul Ariès dans Le Monde du 8 Janvier 2019

Sources:

 

 

La classe sociale oubliée: les animaux non-humains

8316339 - border collie wearing hi vis jacket on beach
Chien Gilet Jaune – Photo SPA (https://www.santevet.com/articles/gilets-jaunes-les-chiens-aussi-manifestent)

La science nous dit que les animaux non-humains se catégorisent en groupes sociaux avec une culture propre, qu’ils sont intelligents, qu’ils réléchissent, qu’ils ont une vie sociale et des liens sociaux et bien entendu qu’ils souffrent. Ils sont donc, selon leurs espèces, une classe sociale à part entière parce qu’ils sont opprimés et exploités par une classe « supérieure », la classe humaine.

Dans ce grand moment de révolte des Gilets Jaunes que je soutiens, il n’est pas inutile de rappeler que la classe sociale la plus oubliée est celle qui attérit généralement dans l’assiette des riches comme des pauvres. Il y a cependant une grande différence: il est beaucoup plus simple pour une personne qui en a les moyens de faire le choix du véganisme que pour un pauvre condamné à la malbouffe pas chère et dont les décisions sont donc restreintes par le porte-monnaie.

Durant sa campagne présidentielle, et même depuis, Jean-Luc Mélenchon expliquait très justement que le pouvoir d’achat est toujours lié à la qualité de la nourriture que nous mangeons. Sans pouvoir d’achat, il n’est pas impossible de manger végétalien mais parfois plus difficile (j’en sais quelque chose car je suis précaire) mais à la condition d’être informé, éduqué, ou d’avoir une conscience animaliste depuis longtemps qui permette d’ajuster nos habitudes en fonction de nos moyens. Je donne des solutions simples et souvent pas chères pour devenir végane dans mon livre « C’est quoi le Véganisme? » donc je n’y reviens pas ici.

Comment donc faire en sorte que les animaux non-humains soient reconnus en tant qu’individus alors même que le pouvoir et les médias ne voient en les gilets jaunes qu’une masse de prolos idiots, « beaufs » et alcooliques. Dans ces prolos, j’en connais qui sont véganes et sont présents avec les gilets jaunes (coucou les copines!). Je n’ai jamais séparé les questions sociales du combat animaliste parce que tout dans ce monde est lié. L’exploitation animale amène à l’exploitation des humains. L’une n’existe pas sans l’autre. Comme le dit Will Tuttle, « ce que l’on fait aux animaux, nous le faisons tôt ou tard aux humains ». Cela se vérifie dans toute l’histoire de l’humanité à commencer par les premières cultures d’élevages venant du moyen orient il y a environ 10000 ans. Ceux là même qui ont créé la domestication et l’esclavage des animaux non-humains pour leur profit on ensuite créé les premières guerres, la domination des femmes, l’esclavage des vaincus de leurs guerres etc….

Il est intéressant de noter aussi que ce sont les plus pauvres qui souffrent le plus de maladies évitables liées à l’alimentation. Toutes ces maladies proviennent de la malbouffe industrielle et notamment les produits d’origine animale que le professeur T-. Colin Campbell appelle les « maladies d’affluence » (diabètes, maladies cardiaques, certains cancers, etc.). Car en fait, ce sont des maladies classiques de pays riches. Manger végétalien est donc dans l’intérêt des plus précaires (qui ont le plus de difficultés à se soigner également) et cela peut être fait sans que ça ne coûte plus cher que de manger de manière « classique ». Cela coûte même souvent moins cher. Là aussi, je donne des clefs dans mon livre donc je n’y reviens pas.

Les gilets jaunes ne sont rien d’autres qu’une expression de plus de la révolte des dominés sur les dominants. Les animaux non-humains ne peuvent pas se défendre mais, heureusement, ils ont des porte-paroles humains. Revendiquer la justice sociale passe par une évolution du niveau de vie du « petit peuple » si moqué par les élites. Ce petit peuple pourra ensuite faire des choix « consuméristes » plus justes et éthiques. Le pouvoir d’ailleurs n’est pas chaud pour éduquer convenablement les enfants de cette classe prolétaire par exemple en permettant à ses enfants d’apprendre à manger autrement (les plats végés dans les écoles en options tous les jours et non au compte goutte) et à leur enseigner une vraie connaissance scientifique et humaniste des animaux non-humains qui permettrait d’aider à enreiller la maltraitance de ceux-ci. Garder le peuple ignorant de ceux qui sont encore plus opprimés qu’eux est la même tactique que de le diviser en lui faisant haïr l’immigré ou le migrant souvent bien plus misérable que lui.

La diversion des élites est voulue pour qu’on ne pointe pas le doigt de leur coté. Mais il semble que cela marche de moins en moins. Le mérite du mouvement des gilets jaunes est d’avoir su passer au delà de la simple revendication de départ (le prix du diesel) et d’élargir la problématique en sachant voir qui profite sur leur misère. Maintenant, la revendication du RIC (Référendum d’Initiative Citoyenne) est une clef énorme pour la souveraineté populaire mais pourrait aussi devenir un moyen de créer des changements pour les animaux. On peut par exemple imaginer un RIC qui dirait « pour ou contre la corrida », sachant qu’au moins entre 70% et jusqu’à 80% des français y sont opposés. En cela, ce mouvement EST donc révolutionnaire!

Reste à voir jusqu’ou il pourra aller. Car si des transformations de société doivent venir, elles permettront également, tôt ou tard, des avancées pour la biodiversité, le climat et donc les espèces non-humaines, premières sacrifiées par le capitalisme et les multinationales.

 

© Copyright Décembre 2018 – Veronique Perrot – Tout droits réservés. Toute utilisation et/ou publication non-autorisée de ce matériel sans l’autorisation verbale ou écrite de cette auteure et/ou de cette propriétaire est strictement interdite. Des extraits ou des liens peuvent être utilisés si un crédit clair et complet est donné avec une direction spécifique et appropriée vers le contenu original.

Sources:

  • Gilets jaunes : les chiens aussi manifestent ! Santé Vet
  • RESPECTER LES ANIMAUX C’EST AFFIRMER NOTRE HUMANITÉ – Jean-Luc Mélenchon
  • Lien à mon livre « C’est quoi le véganisme? » qui donne des solutions simples qui incluent ceux avec peu de moyens.
  • 80% des Français considèrent que le supplice et la mise à mort d’un animal (comme dans une corrida ou un combat de coqs par exemple) ne peuvent plus être considérés comme un spectacle en 2018 en France, selon un sondage IFOP de 2018 (source : Fondation Brigitte Bardot). Politiques Animaux