Tolérance du « choix des autres »: Un faux choix

10264095_10152261731228138_3403812295168391686_o

Depuis que je suis rentrée en France, j’entends beaucoup de Français parler du « choix des autres ». Les arguments sont qu’il ne faut surtout pas imposer notre « choix » aux autres et que manger des animaux est un choix. Je vois ici une grande différence d’opinion entre les végans Français et les végans Américains qui ont une idée bien plus claire sur le sujet.

1. Argument #1: Manger des animaux est un choix personnel.

Oui c’est un choix moral que l’on fait lorsque l’on reconnait que les animaux ont le droit à leur propre détermination et que nous n’avons aucun droit de les exploiter pour des raisons futiles de nourriture (inutile), de vêtements (encore inutile) ou de spectacle (d’autant plus inutile). Les animaux sont des êtres qui chérissent leur vie autant que nous. Leur dénier ce droit par que l’on ne veut pas déranger les autres est simplement spéciste.

« En tant qu’individus et en tant que culture, notre capacité de guérir, de nous transformer et évoluer au-delà de cette vieille mentalité de profanation est liée à nos choix alimentaires plus qu’à toute autre chose. Méditer pour la paix mondiale, prier pour un monde meilleur, et travailler pour la justice sociale et la protection de l’environnement tout en continuant à acheter la chair, le lait et les œufs d’animaux horriblement maltraités expose une déconnexion qui est si fondamentale qu’elle rend nos efforts absurdes, hypocrites, et voués à un échec certain  » .

– Will Tuttle « The World Peace Diet » (Nourrir La Paix)

 

2. Argument #2: On ne peut pas imposer notre choix à d’autres.

S’il est vrai que l’on ne peut pas forcer les gens à changer, nous avons une responsabilité morale de faire comprendre aux gens l’impact de leurs actes sur les animaux, la nature et leur santé. Ne pas le faire fait de nous des hypocrites envers les animaux qui attendent notre aide et n’ont aucun moyen de se défendre. C’est aussi accepter notre autodestruction. C’est un fait maintenant reconnue que l’élevage est la plus grande cause du changement climatique et de pollution générale. Et il est aussi reconnu que nous pourrions nourrir jusqu’à 12 milliards de gens si tout le monde adoptait un régime végétalien. Refuser de dire la vérité parce que cela est dérangeant nous rend complice d’un écocide et d’un génocide ou environ 12,000 enfants, des milliards d’animaux terrestre (70 millions chaque jour rien qu’aux USA) et des milliards d’animaux aquatiques sont massacrés CHAQUE JOUR.

Comme dit aussi le militant Américain Ed Coffin:

« Je trouve offensant qu’il y ait ceux dans ce mouvement qui croient que les non-végans sont trop stupides pour comprendre le concept et qu’ils doivent y graviter par leurs propres moyens. Par conséquent, ils affirment que nous devons abaisser notre message et utiliser un message trompeur pour amener les gens à faire des progrès. S’il vous plait! Soyez cohérent et présentez l’information dans son intégralité. Personne ne dit que vous devez devenir végan du jour au lendemain, mais il ne faut pas supposer que les gens sont trop stupides pour comprendre la vérité!

~ Ed Coffin (15 Juin 2014)

3. Argument #3: Manger d’autres animaux est le choix de chacun.

Ceci est un faux argument. Depuis notre naissance, nous sommes tous endoctrinés par notre culture, religion, etc… à manger d’autres animaux. Ce n’est pas un choix puisqu’il a été imposé par d’autres (nos parents, professeurs, culture, etc…). Est-ce que l’on est uniquement des robots qui suivent les ordres dictés par la majorité ou sommes-nous de vrais végans qui remettons en cause l’endoctrinement sociétal qui nous pousse à nous conformer à, non-seulement des mythes nutritionnels, mais aussi des idées qui n’ont plus leur place au 21ème siècle si l’on veut vraiment sauver les animaux ET la planète de nous-mêmes?

Comme Will Tuttle l’a expliqué dans son best-seller « The World Peace Diet » (Nourrir la Paix), nous avons affaire à une « culture d’élevage » vieille de 8,000 à 10,000 ans qui est patriarcale et dont la mentalité régnante est « la loi du plus fort » et qu’il est normal d’exploiter d’autres espèces, les femmes, d’autres cultures et le monde naturel.

Gary Francione ajoute également:

Si vous consommez des produits laitiers et vous considérez comme une féministe, vous devez m’expliquer comment le féminisme peut être compatible avec la grossesse forcée et répétée, la séparation des mères et des bébés presque immédiatement après la naissance, le meurtre des bébés de sexe masculin, et soumettre les bébés de sexe féminin aux horreurs que leur mères ont souffert.

~ Gary L. Francione (22 Octobre 2013)

Tant que nous maintenons l’idée de domination de cette mentalité, nous serons incapables d’avancer (surtout en France!). La culture et la tradition sont de pauvres excuses qui servent à nous cacher derrière un confort personnel pour ne pas avoir à affronter la colère et le dénie des autres.

Si les choses doivent vraiment changer sur cette planète, il faut arrêter de porter des œillères et avoir le courage moral de dépasser les vieux mythes et créer de nouvelles communautés basées sur la compassion envers tous les êtres et ne pas craindre de clamer haut et fort ce que nous savons être vrai dans nos cœurs.

Nous n’avons plus beaucoup de temps. Les rapports des scientifiques sur l’état de la planète sont drastiques. 1000 espèces en moyenne disparaissent chaque jour de la planète à cause du cartel du bétail et surtout nos « choix », des OGMs et de l’industrie. N’est-il pas temps de dire « Ca suffit! » et d’ouvrir les yeux pour créer un nouveau futur?

Que le lecteur décide par lui/elle-même quelles sont ses priorités. Personnellement, je suis fière d’être végane et je vais le clamer haut et fort. Mon éthique est plus importante que mon confort personnel ou l’égo des autres. Je ne suis pas sur cette planète pour faire plaisir aux égos des autres mais pour aider les végans du monde entier à amener une transformation radicale de la pensée mondiale qui nous permettra d’avoir un monde plus juste et équitable.

Si vous voulez vraiment ce changement, il est temps de montrer vos valeurs et d’être réellement l’exemple que vous voulez voir dans le monde.

Références:

– « The World Peace Diet » (Nourrir La Paix) bientôt sur Amazon.fr.

Ed Coffin est un militant Américain qui a aussi présenté une émission sur « podcast » pendant plusieurs années.

– Gary Francione « Introduction aux Droits des Animaux » aux Editions l’Age d’Homme.

– Le documentaire à voir sur l’état de notre planète et pourquoi le véganisme est un impératif moral est Cowspiracy (sous-titré en Français).

Photo: « Feedlots » ou parc d’engraissement de vaches laitières. Mes autres photos des « feedlots » de Californie sur Facebook.

© Copyright Avril 2015 – Vegan Empowerment Francophone/Veronique Perrot – Tout droits réservés. Toute utilisation et/ou publication non-autorisée de ce matériel sans l’autorisation verbale ou écrite de cette auteur et/ou de cette propriétaire est strictement interdite. Des extraits ou des liens peuvent être utilisés si un crédit clair et complet et donné avec une direction spécifique et appropriée vers le contenu original.

Hello France!

Note: Ce blog est une continuation en parallèle de mon blog en Anglais Vegan Empowerment.

IMG_6978

En Mai 1997 à l’âge de 27 ans, j’ai déménagé aux USA et précisément sur Los Angeles. Jamais je n’aurai imaginé le parcours qui m’attendait. Je suis partie avec l’idée de naïvement réaliser « le rêve Américain » sans savoir à quel point cette illusion n’était vraiment que ça: une illusion. Vivre aux Etats-Unis est un parcourt du combattant et une bataille constante pour survivre (quand on a peu de moyens). Mais je suis une survivante et j’ai tenu bon jusqu’au moment où j’ai ressenti que j’avais fait « le tour du sujet » et que je n’avais plus rien à apprendre au pays de McDonald.

Mais je n’ai aucun regret. 18 ans de vie là-bas m’ont appris à vivre indépendamment et simplement. Cela m’a appris aussi à comprendre que rien ne nous tombe juste dans les mains dans la vie et qu’il faut se battre. Je suis passée par des moments de joie mais aussi de désespoir intense. Mais plus important, je suis devenue végane.

Comme on dit en Anglais: « I count my blessings ». Je suis reconnaissante des bienfaits que j’ai reçus et des leçons que j’ai apprises. J’ai eu le bonheur immense, en tant que végane, de rencontrer mes héros:

– le Dr. Will Tuttle (auteur du Best-seller « The World Peace Diet »), un homme incontournable dans la philosophie végane aux USA,

– le Capitaine Paul Watson (de Sea Shepherd), qui malgré son succès après sa série Whale Wars n’aurait pas été contre m’embarquer sur un de ses bateaux (Moi: « Capitaine, quelles qualifications faut-il pour aller sur vos bateaux? » – Paul: « Aucune qualifications! »),

Colleen Patrick-Goudreau, auteur et « speaker » extraordinaire à qui j’ai piqué joyeusement des idées,

– le Dr. Melanie Joy dont le livre sur le Carnisme (« Why We Love Dogs, Eat Pigs and Wear Cows ») est impossible à ignorer,

Carol J. Adams (auteur du classique « The Sexual Politics of Meat »), première féministe à avoir fait le lien entre la culture de la viande et la patriarchie et plein d’autres.

Je pourrais écrire des blogs entiers sur les extraordinaires penseurs(ses) que j’ai rencontrés pendant ces années dans cette « mecque » du Véganisme qu’est Los Angeles.

Bien entendu, Los Angeles n’est pas seule. New York et d’autres grandes villes sont des villes de rêve pour tout végan. Los Angeles à elle seule compte plus de 80 restaurants végans (pour environ 3 millions d’habitants) de la plage de Santa Monica jusqu’à la vallée d’Orange County. Je vivais à Hollywood et je pouvais commander et me faire livrer des pizzas véganes à domicile! Mais ce n’est que l’aspect superficiel de la vie aux USA.

Los Angeles est en fait une ville d’image (au sens propre comme au figuré) et de beaucoup d’égos. Et j’ai commencé à être désillusionnée par la superficialité de la pensée générale (chose que je n’ai pas constaté dans une ville comme San Francisco par exemple) et le militantisme et l’éducation végane me sont devenues pesantes dans un pays ultra-matérialiste, ultra-capitaliste et anti-social.

Peut-être que cela semble amer de ma part de parler de mon expérience Américaine en ces termes. Ce n’est seulement qu’une part de ce qu’est l’Amérique. En fait, j’aime beaucoup les Américains. Comme moi, ils sont extrêmes. Par exemple, d’un coté ils sont ultra puritains (pas moi), d’un autre ouvrir la télé est voir aussi l’extrême inverse. C’est un pays non seulement de grands extrêmes mais aussi de contradictions permanentes. Sur beaucoup de points, ils ont un grand cœur. Ce ne sont pas du tout des gens mauvais pour la plupart, juste manipulés et facilement utilisés par les pouvoirs qui dirigent leur pays.

Mais ils sont aussi capables d’avancer dans leurs idées. Le « boom » du Véganisme est l’exemple le plus flagrant. En seulement quelques années (moins de 10 ans), le Véganisme est passé d’une idée très marginale, comme ça l’est actuellement encore en France, à un mode de vie en grande partie très reconnu et même embrassé par les anciens Présidents et vice-présidents (pour des raisons de santé et d’écologie dans leur cas) comme Bill Clinton et Al Gore mais aussi par des végans éthiques comme l’acteur Tobey McGuire (de Spiderman) ou Joaquim Phoenix (qui a narré la version US de Earthlings ou « Terriens »).

Pourquoi je suis revenue en France? Cela prendrait un livre entier à expliquer et ce n’est pas important. Pour résumer: Après avoir acquis des diplômes en nutrition végétale et avoir appris tout ce que je pouvais apprendre (jusque là) de ce que veux dire être végane (surtout grâce à Will Tuttle), il était temps pour moi de regagner la patrie et de reconstruire ma vie en France (loin d’être simple quand vous ne savez pas ce qu’est une Carte Vitale!).

J’ai eu très peur (et j’ai beaucoup pleuré dans l’avion de Los Angeles à Londres) car je laissais 18 ans de vie derrière moi et je pensais que rentrer en France serait difficile en temps que végane. Mais en fait, ce n’est pas pire que de vivre dans un coin de l’Amérique plutôt reculé ou le mot végan éveille encore des idées d’extrémisme et d’étrangeté (oui dans certains Etats US, les végans sont encore d’une autre planète!).

La France est aussi paradoxale. D’un coté, nous avons la sacro-sainte cuisine Française révérée à travers le monde (dites que vous êtes Français à Los Angeles et vous comprendrez ce que je veux dire) et d’un autre coté une évolution des pensées envers le Véganisme (en particulier chez les jeunes) que je trouve extrêmement encourageante. Et, pour couronner le tout, je n’ai jamais eu autant de travail en tant que militante et éducatrice en nutrition végétalienne! Autant dire que rentrer en France s’est fait au moment propice. Le livre de Will Tuttle devrait aussi sortir en Français sous le titre « Nourrir La Paix » cette année et je l’attends avec trépidation car je suis impatiente de faire connaitre cette extraordinaire référence littéraire (son livre est considéré « le livre le plus important du 21ème siècle » ou « un des plus important du 21ème siècle » par plusieurs personnes notables).

Le livre référence de Gary Francione « Introduction au Droits des Animaux » vient de sortir en Français et c’est une référence de la pensée abolitioniste.

Je n’ai jamais trouvé être en France plus excitant! J’ai rencontré de nouveaux amis au travers de mon excellente amie Joëlle Verdier (que j’ai connue à Los Angeles et qui corrige mes anglicismes!) et grâce à elle j’ai pu voir qu’être militante ET végane en France n’est pas une impossibilité, bien au contraire.

Les prochains mois vont me garder très occupée. Mais je suis pleine d’espoir que les choses bougent en France. Ce n’est peut-être pas forcément visible mais après avoir eu des résultats positifs et voir que les médias discutent nos problèmes planétaires (même si ils disent souvent des imbécilités) est la preuve que certaines choses commencent à rentrer dans les consciences Françaises. Et n’oublions pas l’influence des Allemands et des Anglais (qui sont plus en avance que nous) ainsi que celle des Américains. Comme on dit aux USA, quand les choses démarrent en Californie, généralement elles suivent ailleurs.

Donc bye bye America, à bientôt, et bonjour la France!

IMG_7453

Photos:

1- Je fais du tractage sur la Place de la Comédie à Montpellier.

2- L’équipe de Droits des Animaux Sud pour la journée contre la fourrure/cuir et chasse, Place de la Comédie à Montpellier.

Références:

– Livre de Gary Francione aux Editions de l’Age d’Homme « Introduction aux Droits des Animaux »

– Livre de Will Tuttle sous le titre Français « Nourrir la Paix » sur Amazon en Septembre 2015.

– Photos de la conférence du Dr. Melanie Joy à Los Angeles.

– Photos de la visite de Carol J. Adams au « The National Museum of Animals and Society » de Los Angeles.

– Photos de la conférence de Will Tuttle à Pasadena, Californie et quand je l’ai rencontré à Santa Monica.

– Photos de la visite du Captaine Paul Watson à Santa Monica pour Whale Wars et sa récente visite à Montpellier.

Pour voir toutes mes photos au fil des années: Mes albums Facebook et mes videos sur YouTube.

© Copyright Avril 2015 – Vegan Empowerment Francophone/Veronique Perrot – Tout droits réservés. Toute utilisation et/ou publication non-autorisée de ce matériel sans l’autorisation verbale ou écrite de cette auteur et/ou de cette propriétaire est strictement interdite. Des extraits ou des liens peuvent être utilisés si un crédit clair et complet et donné avec une direction spécifique et appropriée vers le contenu original.