Playdoyer pour les cochons

piglet-3386356_1280 Image by Roy Buri from Pixabay
Piglets (Porcelets) – Image by Roy Buri from Pixabay

Non, ceci n’est pas un billet lié à la vague #balancetonporc mais plutôt un appel en faveur de l’animal non-humain qu’est Sus Scrofa Domesticus, de son nom scientifique, plus connu également sous le nom de cochon. En fait, j’adore les cochons (l’animal non-humain) justement parce que j’ai envie de sauver leur réputation en plus de leur sauver la vie.

Le cochon est de loin plus intelligent que le chien et la science démontre qu’il peut résoudre des problèmes mathématiques et possède même une intelligence équivalente à celle d’un enfant de trois ans. Les porcelets dès seulement 6 semaines d’âge apprennent le concept du miroir en seulement quelques heures alors qu’il faut à un jeune enfant plusieurs mois. Emotionellement, leur capacité à la joie et l’anticipation d’un événement (comme l’arrivée de délicieuse nourriture) est une évidence.

« Nous devons repenser l’opinion que nous avons des porcs » dit la neuroscientifique Lori Marino, de l’université Emory, au Canada. Elle ajoute que « Nous avons montré que les porcs partagent un certain nombre de capacités cognitives avec d’autres espèces très intelligentes telles que les chiens, les chimpanzés, les éléphants, les dauphins, voire les humains »

Pourtant, le cochon ou la truie sont maltraité-es, dénigré-es, considéré-es « sales » et la langue française (mais pas que) ne peut s’empêcher d’instrumentaliser ce pauvre animal. « Manger comme un cochon » est une expression malheureusement courante et qui est tellement loin de la réalité.

En fait, les cochons, contrairement à l’image qui est donnée d’eux, sont très propres. Incapable de suer comme les humains (ils ne possèdent pas de pores), ils aiment les bains d’eau et de boue, seule manière pour eux de se rafraichir mais surtout de protéger leur peau des coups de soleil et des parasites.

Jamais la truie, qui est très familiale, ne ferait ses besoins au même endroit où elle élève ses petits. A raison d’une portée de bébés par an, les truies s’éloignent du groupe et se construisent consciencieusement un lieu pour mettre au monde leurs petits. Et ceci est vrai même en dehors du cas des naissances. Ce sont à l’origine des animaux de forêts habitués à parcourir du territoire (et non être enfermés comme des prisonniers). Le cochon « domestique » est une sous-espèce du sanglier et du cochon sauvage et peut parfaitement se reproduire avec ceux-ci.

L’intelligence du cochon est maintenant démontrée par la science comme étant une des plus haute du règne animal. Il serait même en 4ème position après le chimpanzé, le dauphin et l’éléphant. En effet, il est conscient de lui-même, possède une grande mémoire, est parfois (oui) machiavélique mais aussi empathique, et est capable de jouer à des JEUX VIDEOS mieux que les chimpanzés. Sa communication est très développée et ses émotions fortes. Tout comme les chiens, nous avons aussi des exemples de cochons sauvant la vie d’humains non seulement physiquement mais aussi pour la chirurgie des grands brulés.

Cochon star Farm Sanctuary May 5, 2014
Une des stars de Farm Sanctuary (Sanctuaire pour animaux de fermes) – Photo que j’ai prise en Californie le 5 Mai 2014

Dans l’image ci-dessus, ce cochon (dont j’ai malheureusement oublié le nom) se prélasse dans une marre d’eau au Sanctuaire Farm Sanctuary’s Animal Acres en Californie non loin de Los Angeles que j’ai visité en Mai 2014. Il était une vraie star et adorait s’amuser devant les visiteurs. Il est rapidement devenu un des habitants du sanctuaire préféré de la journée. Beaucoup d’autres animaux au sanctuaire ont été bien trop traumatisés par les humains pour s’approcher d’eux. Mais pas lui. Je n’ai donc pas résisté à le prendre plusieurs fois en photos.  Quel bonheur de voir des animaux heureux vivre leur vie, choyés par les humains qui prennent soin d’eux et sans avoir à craindre pour leur vie. Nous sommes ici à des années lumières de la violence de l’élevage. Il existe aussi des gens qui adoptent des cochons chez eux comme ils adopteraient un chien ou un chat. L’exemple de la célèbre Esther me vient à l’esprit.

Pendant ce temps dans le monde « civilisé », la vie du cochon n’est que misère.

Comme je l’explique dans « C’est quoi le véganisme? », la vie des cochons (et des autres animaux esclaves des humains) est tout sauf la vie que mène la star de Farm Sanctuary ci-dessus. Il fait partie des chanceux qui ont pu échapper à l’élevage et finir leur vie à l’abris de l’exploitation et de la torture. Malheureusement, ce n’est pas le cas pour des millions de cochons (milliards si l’on inclut les autres espèces esclaves). Dès leur naissance, on castre les porcelets à vif, sans anesthésie (même si l’industrie prétend l’inverse), on leur arrache des dents car, une fois adultes, ils deviennent fous et cannibales. On les force à consommer 37% des antibiotiques vétérinaires vendus en France. Et pour couronner le tout, on nie aux truies leur comportement naturel de mères et les enfermant dans des cages si serrées qu’elles ne peuvent donner aucune tendresse à leurs petits et parfois même les écrasent involontairement en complète négation du lien sacré entre parent et bébé.

Et si les cochons survivent à tout ça, ils peuvent espérer vivre 5 mois. Dans la nature, ils peuvent vivre 25 ans. On peut apprendre beaucoup des cochons: leur sens de l’empathie, leur côté extrêmement maternel (leur groupe est organisé de façon matrilinéal), leur respect de l’environnement… Comme l’explique l’association L214: « Quand il s’agit d’une ressource naturelle (des champignons, par exemple) et qu’ils ont tout mangé, ils attendent plusieurs jours avant de ré-explorer l’endroit. Quand il s’agit d’une ressource qui se renouvelle rapidement (une mangeoire réapprovisionnée plusieurs fois par jour par un humain), ils l’explorent en premier dès qu’ils commencent à avoir faim. » Ce n’est certainement pas le cas des humains, destructeurs en chef.

Si seulement, nous pouvions arrêter de les voir comme objets de consommation à notre service. L’élevage n’existe que parce que nous exploitons le système reproductif des animaux femelles. Le lien historique est que l’exploitation des animaux femelles a également conduit à l’exploitation des femmes et à l’esclavage humain il y a environ 8 à 10000 ans. Tout est connecté. Ce n’est pourtant pas si compliqué de ne pas les manger. Nous n’en avons aucune nécessité biologique. Seule la propagande qui nous est imposée dès la naissance nous incite à consommer leur chair. Et comme toute propagande, elle ne dépend que de celui ou celle qui y croit.

« Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des guerres. » Léon Tolstoï 

Sources:

© Copyright Septembre 2019 – Veronique Perrot – Tout droits réservés. Toute utilisation et/ou publication non-autorisée de ce matériel sans l’autorisation verbale ou écrite de cette auteur et/ou de cette propriétaire est strictement interdite. Des extraits ou des liens peuvent être utilisés si un crédit clair et complet est donné avec une direction spécifique et appropriée vers le contenu original.

Gilets jaunes / vegans : même combat…..

Ok j’ai tout sauf le talent de la camarade Rosa B dont j’adore les bandes dessinées « Insolente Veggie ». Mais pour le fun, j’ai ressorti un crayon. C’est moche, peut-être pas drôle mais ça me fait du bien au vu de la bêtise de certains.

Réponse à la tribune de Paul Ariès

Dans le journal Le Monde du 8 Janvier 2019, le politologue français Paul Ariès écrit une charge extrêmement violente contre les végans dans sa tribune appelée « les Végans mentent sciemment ». A la lecture de cette tribune inouïe de clichés et d’ignorance et franchement cruelle, j’ai voulu répondre. La tribune de M. Ariès est à la fin de l’article. Ma réponse est parue dans le Monde des Lecteurs en ligne du journal Le Monde le 15 Janvier 2019. Je copie ici mon article entier vu que l’accès est réservé aux abonnés du journal.

monde des lecteurs

« M. Ariès tombe dans le piège de la « culpabilité par association »

C’est avec consternation que j’ai lu l’article de M. Paul Ariès paru dans le journal Le Monde le 8 Janvier 2019 avec le titre « Les végans mentent sciemment ». Mais quelle mouche a donc piqué ce monsieur qu’il doive se salir avec des stéréotypes, des théories conspirationnistes et surtout une telle ignorance de l’immense variété de la pensée végane et antispéciste pour la réduire à seulement quelques auteurs du combat pour les droits des animaux non-humains ?

Rarement ai-je lu autant de clichés en un seul article. M. Ariès accuse tous les végans de vouloir « en finir avec toute forme de prédation, en modifiant génétiquement, voir en supprimant, beaucoup d’espèces animales »… Mais cher monsieur, qui a en premier modifié génétiquement des espèces qui étaient libres pour devenir des objets à notre service ? Qui modifie génétiquement des milliards d’animaux esclaves en leur donnant des antibiotiques, des hormones, leur coupant des membres, tout cela pour servir les humains ? Qui, depuis toujours, modifie constamment le fonctionnement du vivant sur la planète, par ailleurs en détruisant le monde naturel par la même occasion, pour servir les intérêts humains ?

Je trouve hypocrite de renverser la culpabilité de ceux qui soutiennent ces entreprises de destructions écologiques que sont les élevages sur les végans. Ignorez-vous donc que l’élevage industriel est la cause numéro 1 de la destruction des océans et de la biodiversité en général ? Vous accusez les végans d’être anti-écologistes alors que par nos actes nous avons justement l’empreinte écologique la plus basse qu’il soit.

Ensuite vous vous permettez de nous associer tous, sans distinction, aux déclarations controversées de M. Peter Singer. C’est bien mal connaitre la diversité des opinions dans le mouvement. C’est un procédé malhonnête de culpabilité par association. Je suis personnellement assez opposée aux théories utilitaristes de Singer et encore plus à ces propos pseudo-zoophiles. J’ai même écrit un chapitre de mon livre ou je dénonce fermement la zoophilie, bestialité et pire, la zoo-pornographie. Ces pratiques ne sont toujours pas condamnées en France. Je ne vous vois pas vous offusquer de ce fait.  Donc, toute votre argumentation repose sur les écrits de seulement quelques personnes afin de discréditer tout une mouvance et philosophie que l’on peut tracer jusqu’à Pythagore.

Si vous lisiez mon livre et celui de beaucoup d’autres auteurs, vous constateriez que l’écologie est justement très présente au cœur de notre vision du véganisme parce que, pour nombre d’entre nous, il ne peut en être autrement. Votre défense de la consommation de viande est contraire aux nécessités modernes de réduction, voir d’élimination de sa consommation (demandées notamment par l’ONU) pour préserver la planète. En évidence, vous n’avez également aucune connaissance nutritionnelle (vous êtes politologue) de ce que le corps humain peut accepter ou non. Nous pouvons parfaitement vivre et très bien sans exploitation animale mais c’est un concept qui vous échappe car vous faite partie de ce patriarcat désuet qui trouve normal de violer une vache pour « l’inséminer » et de boire ensuite le lait de croissance destiné à son bébé. Si une femme donnait son lait à un autre mammifère vous seriez choqué à juste raison. Mais l’absurdité du contraire ne vous interpelle pas une seconde.

« Les apprentis sorciers » comme vous nous qualifiez sont ceux qui, en déni total des connaissances éthologiques et nutritionnelles de ces vingt dernières années, s’obstinent à croire que les animaux non-humains sont des choses encore à notre service et qu’il faut donc continuer à les faire naitre par milliards. Etes-vous conscient que la biomasse des humains (et de leurs animaux domestiques) correspond à 98% de la biomasse planétaire quand celle des animaux sauvages n’est plus que de 2% ? Il y a seulement quelques siècles, cette tendance était exactement le contraire. Autrement dit, notre nombre plus les milliards d’animaux domestiqués sont directement impliqués dans la 6ème extinction des espèces.

Notre prédation sur le monde vivant est directement liée à notre prédation sur la nature. Elle tient à notre complexe de supériorité machiste sur tout ce qui vit. Notre consommation de viande tue la forêt amazonienne et crée des zones mortes dans les océans. La France est le plus gros importateur de soja OGM du Brésil pour engraisser le bétail (et non les végans). Les océans se meurent par la surpêche et une large partie des poissons récupérés sont transformés en farine animale… pour le bétail. Et vous osez accuser les végans dans l’ensemble de vouloir la destruction de la nature ? Vous préférez perdre votre temps à vous attaquer aux « fausses viandes fabriquées industriellement à partir de cellules souches ». Etes-vous au courant que PERSONNE dans la communauté végane ne mange de telles « viandes » et je vous défie de trouver un végan qui voudrait les manger. La « viande de souche » est une idée défendue par les carnistes qui ne veulent pas abandonner leur goût du steak et qui n’a rien à voir avec les habitudes des végans eux-mêmes bien plus attachés à leurs burgers de légumineuses et haricots, très riches en protéines saines et généralement bios.

Non M. Ariès, la majorité des végans ne correspond pas aux quelques personnes que vous citez dans votre article pour décrédibiliser un combat de justice sociale. Par ailleurs, je pourrais vous répondre avec des citations de Lamartine, Tolstoï, Shaw, Plutarque, Gandhi, Hugo et tant d’autres allant à l’encontre de vos idées mais je vous les épargne ici.

Les animaux non-humains n’ont rien à faire, comme le dit Tom Regan, dans des cages, des cirques, des chambres de tortures, tout simplement parce que l’être humain est parfaitement capable de faire autrement et qu’en plus, comme je le montre une fois de plus dans mon ouvrage, c’est même nécessaire pour des questions de santé publique et pour nous grandir en tant qu’humains. A moins que vous vouliez également un retour au cannibalisme.

Vous vous décrédibilisez vous-même par votre ignorance crasse du véganisme et des végans dans leur ensemble et encore plus en ignorant par exemple quelque chose qui s’appelle « l’agriculture végane » qui ne requiert aucunement de l’exploitation animale. Mais pour cela, il faut avoir le désir de ne pas instrumentaliser certains auteurs afin de défendre des contre-vérités parce que nous dérangeons vos habitudes. Ces théories ou concepts marginaux ne représentent en rien la majorité d’entre nous et, contrairement à ce que vous dites, c’est bien votre assiette que vous défendez.

 

Véronique Perrot, auteure du livre « C’est quoi le Véganisme ? De la théorie à la pratique pour un mode de vie 100% éthique » aux Editions Le Courrier du Livre. »

Lien à la page de l’article – Courrier des Lecteurs

aries le monde 9 janvier 2019
Tribune de Paul Ariès dans Le Monde du 8 Janvier 2019

Sources:

 

 

Reviens Victor Hugo! Les « intellectuels » modernes tous réacs sur la cause animale

« Torturer un taureau pour le plaisir, pour l’amusement c’est beaucoup plus que de torturer un animal, c’est torturer une conscience! » Victor Hugo

Dans l’océan de pauvreté intellectuelle que l’on trouve dans les médias, il n’est pas rare cependant d’y entendre quelques personnes d’intérêt: philosophes, historiens, économistes, etc…. Je recherche toujours chez eux cette pensée qui va m’exciter intellectuellement sur la justice sociale, la politique, etc. Mais j’espère rarement trouver un quelconque intérêt de ces messieurs (rarement des femmes d’ailleurs) pour la cause animale en général et encore moins l’antispécisme et son corollaire le véganisme.

Sur la palettes des personnalités médiatiques qui « réfléchissent », je ne prendrais que deux exemples de personnalités médiatiques à l’opposée du spectrum politique l’une de l’autre:

Alain Finkielkraut est un « philosophe », membre de l’Académie Française, clairement marqué néolibéral de droite avec une pensée que je trouve souvent d’une bétise ahurissante à mettre dans la même boite qu’un Eric Zemmour. Il se dit proche des animaux qu’ils considéreraient « plus sensibles que les habitants des banlieues ». Si j’enlève le racisme évident de ses commentaires, quels critères prend-t-il pour juger de la sensibilité des uns et des autres? Clairement sioniste, il est bien sûr pro-Israélien et anti-Palestinien comme un paquet de pseudo-intellectuels qui pullulent dans les médias et prétendent ignorer qu’Israel est un état Appartheid avec un gouvernement d’extrême droite.

Sa position sur les animaux non-humains est hallucinante. Il se dit contre l’élevage industriel (tant mieux) et se voit cajolé par la (parfois démente) Christine Angot dans l’émission « On n’est pas couché » sur son livre « Des animaux et des hommes ». Il s’horrifie de « l’idéologie des véganes » qu’il qualifie bien entendu d’extrême. Il pointe très justement ce qu’est le combat des véganes et des antispécistes mais ne se reconnaît pas du tout dans le mouvement. Il se dit « soucieux des animaux » tout en considérant que la « libération animale » n’a rien à voir par exemple avec la libération des noirs qu’il dit n’avoir aucun rapport. La description donnée par France Inter sur Finkielkraut vaut son pesant de spécisme: « À la fois vent debout contre les conditions effroyables de l’abattage industriel, pas très tendre avec les vegans, amoureux fou des vaches, d’ailleurs gravé sur son épée d’académicien français, et qui, à une époque où l’on ne supporte plus les paradoxes, peut être ébloui par l’art d’un grand torero comme José Tomas, sans pour autant aimer la corrida. » …Ah bon? Au crédit de M. Finkielkraut, son livre semble remettre en cause les théories de Descartes sur « l’animal machine » et parle de la sensibilité des animaux non-humains. « Les animaux sont nos semblables en tant qu’ils souffrent », dit très justement Finkielkraut sur France Inter. Cependant, il refuse d’accepter l’idée que nous sommes des animaux comme les autres. « Le lion n’est pas responsable de la gazelle », dit-il. En effet, mais le lion EST carnivore et n’a pas d’autre choix que de tuer pour vivre. Nous pouvons choisir. La comparaison est donc ridicule. Il va jusqu’à parler de « collaboration avec les animaux ». Ils collaborent à leur propre meurtre? Et puis quelle horreur le végétarisme, ça coupe les liens à nos souvenirs; les souvenirs d’avoir mangé des cadavres? et la corrida, c’est quand même un combat hein? Et puis s’il n’y a plus de corrida, il n’y a plus de taureaux…. bla bla bla bref tous les poncifs carnistes habituels. Au suivant.

collaborer
Sur un dessin d’Insolente Veggie

 

Emmanuel Todd, historien et démographe plutôt de gauche et que j’apprécie généralement n’hésite pas à s’attaquer à ce qu’il appelle à juste titre « la crétinisation des mieux éduqués » et à la bétise ambiante en politique. Sur ces points, je suis d’accord avec lui. Mais lorsqu’il est confronté avec son propre spécisme, c’est « circulez, y a rien à voir! ». Sur le plateau de l’émission C Politique, il se trouve face à Tiphaine Lagarde de 269 Life qui n’hésite pas à le remettre à sa place quand à son offuscation que l’on puisse comparer l’holocauste animal (on parle de milliards d’êtres sensibles massacrés par une seule espèce chaque année) à la Shoah, sujet éminemment sensible pour un juif. La comparaison est généralement balayée d’un revers de la main par ceux-ci mais pas tous. Tiphaine Lagarde lui pointe d’ailleurs avec justesse le livre dédié à la mémoire d’Isaac Bashevis Singer « Un Eternel Treblinka » écrit par Charles Patterson.

lagarde todd
Emmanuel Todd et Tiphaine Lagarde sur le plateau de C Politique (Capture d’écran)

Pour extrait, ce passage tiré des Cahiers Antispécistes sur le livre:

Eternal Treblinka est dédié à la mémoire d’Isaac Bashevis Singer, prix Nobel de littérature, et c’est à ce dernier que Charles Patterson a emprunté la citation mise en exergue de son ouvrage:

En pensée, Herman prononça l’oraison funèbre de la souris qui avait partagé une partie de sa vie avec lui et qui, à cause de lui, avait quitté ce monde. « Que savent-ils, tous ces érudits, tous ces philosophes, tous les dirigeants de la planète, que savent-ils de quelqu’un comme toi ? Ils se sont persuadés que l’homme, l’espèce la plus pécheresse entre toutes, est au sommet de la création. Toutes les autres créatures furent créées uniquement pour lui procurer de la nourriture, des peaux, pour être martyrisées, exterminées. Pour ces créatures, tous les humains sont des nazis ; pour les animaux, la vie est un éternel Treblinka. »

Monsieur Todd, comme beaucoup, est un cas typique de « dissonance cognitive ». Il est anti-raciste, anti-sexiste (je crois) mais dès que l’on sort de l’unique et soit-disant supérieure espèce humaine (la seule espèce sur la planète si intelligente qu’elle commet justement des génocides envers elle-même et les autres espèces), il n’y a plus personne. Pourtant il affirme justement que: « Mais quand on décrypte, comme je le fais, des variables sociologiques, on arrive à la conclusion qu’il existe un subconscient inégalitaire dans notre société. » Oui mais l’égalité n’existera jamais sans prendre en considération les autres espèces de la planète comme des cohabitants et des individus à part entière et non comme des esclaves/objets à notre service. L’égalité est ici limitée comme d’habitude à l’espèce qui domine et exploite le vivant. Il oublie que ce que l’on fait aux animaux non-humains est tôt ou tard appliqués aux animaux humains.

Citons d’ailleurs un exemple flagrant dans « Un Eternal Treblinka » repris par les Cahiers Antispécistes: « Il poursuit avec le fait que les personnes malades, faibles ou blessées à leur arrivée dans un camp étaient immédiatement écartées, puis « éliminées » pour ne pas représenter une gêne ; il en va de même aujourd’hui encore pour les animaux trop affaiblis à leur arrivée pour se tenir debout et qu’on abandonne dans un coin jusqu’à ce que quelqu’un ait le temps de « s’occuper » d’eux. »

Bonnet blanc, blanc bonnet.

Et pourtant, comme je l’ai montré dans mon livre « C’est quoi le Véganisme? » dans un chapitre consacré à l’histoire du mouvement et de ceux qui ont réfléchi à la cause animale, l’époque des lumières, entre autres, est un grand exemple de penseurs qui ont réfléchi de manière intelligente à la place des animaux non-humains et pas seulement aux causes sociales liées aux seuls animaux humains: De Victor Hugo à Lamartine, de Mark Twain (fermement opposé à la vivisection et dont la fille était végétarienne) à Rousseau et Tolstoï, les idées intelligentes en ce qui concerne la place des animaux non-humains et la manière dont nous devons les considérer est très présente.

Du Président Abraham Lincoln, ayant aboli l’esclavage des noirs, déclarant: « Je suis en faveur des droits des animaux ainsi que des droits de l’homme. C’est la seule manière d’être un être humain » (coucou Alain Finkielkraut!), à Emile Zola: « La cause des animaux passe avant le souci de me ridiculiser » en passant par Voltaire: « Qu’y-a-t-il de plus repoussant que de se nourrir continuellement de chair de cadavre? » entre autres, et bien sûr Victor Hugo, fervent anti-corrida, il est clair que la pensée intellectuelle des élites modernes que critique Todd comme « crétine » peut s’appliquer à lui-même dès qu’il s’agit des animaux non-humains dont il veut nier l’importance. C’est d’ailleurs plutôt une obsession pour Todd puisqu’il récidive dans une conférence (lien direct au passage) qu’il a donné récemment sur Macron (par ailleurs intéressante) en s’énervant de la place que prennent les animalistes par rapport à la justice sociale en générale en nous traitant de « minables » mais bon il a un chat qui s’appelle Mozart donc… il n’est pas méchant n’est-ce pas? Puis il dit regretter rater une réplique « avec une nana, une animaliste quelconque » (sous-entendu Tiphaine Lagarde, à peine méprisante la remarque quoi) à la télé en prétendant que les animalistes sont un symptôme du macronisme. J’aurais tout entendu!

Mais Monsieur Todd, vous devriez relire Lamartine qui disait: « On n’a pas deux cœurs, l’un pour l’homme, l’autre pour l’animal… On a du cœur ou on n’en a pas ». Qui est minable?

Et il serait utile pour Alain Finkielkraut (qui pourtant cite Bashevis Singer!) et Emmanuel Todd d’apprendre d’autres juifs:

« La grande majorité des survivants à l’Holocauste est carnivore et ne s’intéresse pas plus à la souffrance des animaux que les Allemands se préoccupaient de la souffrance des Juifs. Qu’est-ce que cela signifie ? Laissez-moi vous le dire. Cela signifie que nous n’avons rien appris de l’Holocauste. Rien. Tout cela pour rien. Il n’y a aucun espoir » Albert Kaplan, fils de Juifs russes.

Enfin je vous laisse en photo le pompon de la grande pensée « philosophique » moderne avec l’excellent réponse d’Insolente Veggie:

Culture viande WolffInsolente Veggie sur Culture Viande

 

« Auschwitz commence lorsque quelqu’un regarde un abattoir et se dit : ce ne sont que des animaux. » Theodor Adorno

 

Sources:

  • La cause animale selon Alain Finkielkraut – France Inter 28/09/18
  • Emmanuel Todd choqué par Tiphaine lagarde Cpolitique 10/09/2017
  • Emmanuel Todd : «La crétinisation des mieux éduqués est extraordinaire» Libération 6/9/17
  • Finkielkraut juge les animaux plus « sensibles » que les habitants des banlieues – Panamza
  • Finkielkraut, spéciste et humaniste: Opposé à l’élevage industriel, l’académicien refuse néanmoins d’embrasser la croisade antispéciste – Causeur.fr 7/10/18
  • Emmanuel Todd – Qu’est-ce que le macronisme ? YouTube
  • La cause animale selon Alain Finkielkraut – France Inter 28/9/18
  • Le blog d’Insolente Veggie
  • Le site de 269 Life France
  • « Un éternel Treblinka » de Charles Patterson – Amazon
  • Cahiers antispécistes n°22 – février 2003: Eternal Treblinka par Anne Renon

 

© Copyright Octobre 2018 – Veronique Perrot – Tout droits réservés. Toute utilisation et/ou publication non-autorisée de ce matériel sans l’autorisation verbale ou écrite de cette auteur et/ou de cette propriétaire est strictement interdite. Des extraits ou des liens peuvent être utilisés si un crédit clair et complet est donné avec une direction spécifique et appropriée vers le contenu original.

 

Interview avec France Bleue Gard Lozère 26 Février 2016

Interview réalisée par Sylvie Charbonnier dans l’Invité du 7:50. Discussion sur l’abattoir du Vigan, le Véganisme, la nutrition et l’antispécisme.

Cette interview fait suite au scandal de l’abattoir du Vigan révélé par L214.

IMG_3329

 

Festival Alternatiba – Stand AVF & quizz – Montpellier 27 Septembre 2015

En companie de nos camarade de VegNature et plein d’autres associations, j’ai pu tenir un stand pour l’Association Végétarienne de France avec l’aide de ma collègue Annick et mes camarades Joëlle Verdier et Cyril Vaucelle. Très belle journée dans une ambiance écolo, le soleil au rendez-vous et apparemment 10 000 personnes, des curieux sur le végétarisme, végétalisme et véganisme et l’écologie ainsi que des convaincus. J’en ai profité pour faire une petite animation quizz d’une heure avec un groupe de gens engagés et remplis de questions sur la nutrition, l’écologie et l’éthique animale. La gagnante ayant gagné un livre de cuisine végétalienne de Marie Laforet. Enormément de tracts et brochure sont partis ainsi que tous les magazines que nous avions. Nous avons également offert une dégustation végétalienne gratuite de paté, laits végétaux et cookies végétaliens, eux aussi vite mangés. Excellent succès et temps magnifique!