Reviens Victor Hugo! Les « intellectuels » modernes tous réacs sur la cause animale

« Torturer un taureau pour le plaisir, pour l’amusement c’est beaucoup plus que de torturer un animal, c’est torturer une conscience! » Victor Hugo

Dans l’océan de pauvreté intellectuelle que l’on trouve dans les médias, il n’est pas rare cependant d’y entendre quelques personnes d’intérêt: philosophes, historiens, économistes, etc…. Je recherche toujours chez eux cette pensée qui va m’exciter intellectuellement sur la justice sociale, la politique, etc. Mais j’espère rarement trouver un quelconque intérêt de ces messieurs (rarement des femmes d’ailleurs) pour la cause animale en général et encore moins l’antispécisme et son corollaire le véganisme.

Sur la palettes des personnalités médiatiques qui « réfléchissent », je ne prendrais que deux exemples de personnalités médiatiques à l’opposée du spectrum politique l’une de l’autre:

Alain Finkielkraut est un « philosophe », membre de l’Académie Française, clairement marqué néolibéral de droite avec une pensée que je trouve souvent d’une bétise ahurissante à mettre dans la même boite qu’un Eric Zemmour. Il se dit proche des animaux qu’ils considéreraient « plus sensibles que les habitants des banlieues ». Si j’enlève le racisme évident de ses commentaires, quels critères prend-t-il pour juger de la sensibilité des uns et des autres? Clairement sioniste, il est bien sûr pro-Israélien et anti-Palestinien comme un paquet de pseudo-intellectuels qui pullulent dans les médias et prétendent ignorer qu’Israel est un état Appartheid avec un gouvernement d’extrême droite.

Sa position sur les animaux non-humains est hallucinante. Il se dit contre l’élevage industriel (tant mieux) et se voit cajolé par la (parfois démente) Christine Angot dans l’émission « On n’est pas couché » sur son livre « Des animaux et des hommes ». Il s’horrifie de « l’idéologie des véganes » qu’il qualifie bien entendu d’extrême. Il pointe très justement ce qu’est le combat des véganes et des antispécistes mais ne se reconnaît pas du tout dans le mouvement. Il se dit « soucieux des animaux » tout en considérant que la « libération animale » n’a rien à voir par exemple avec la libération des noirs qu’il dit n’avoir aucun rapport. La description donnée par France Inter sur Finkielkraut vaut son pesant de spécisme: « À la fois vent debout contre les conditions effroyables de l’abattage industriel, pas très tendre avec les vegans, amoureux fou des vaches, d’ailleurs gravé sur son épée d’académicien français, et qui, à une époque où l’on ne supporte plus les paradoxes, peut être ébloui par l’art d’un grand torero comme José Tomas, sans pour autant aimer la corrida. » …Ah bon? Au crédit de M. Finkielkraut, son livre semble remettre en cause les théories de Descartes sur « l’animal machine » et parle de la sensibilité des animaux non-humains. « Les animaux sont nos semblables en tant qu’ils souffrent », dit très justement Finkielkraut sur France Inter. Cependant, il refuse d’accepter l’idée que nous sommes des animaux comme les autres. « Le lion n’est pas responsable de la gazelle », dit-il. En effet, mais le lion EST carnivore et n’a pas d’autre choix que de tuer pour vivre. Nous pouvons choisir. La comparaison est donc ridicule. Il va jusqu’à parler de « collaboration avec les animaux ». Ils collaborent à leur propre meurtre? Et puis quelle horreur le végétarisme, ça coupe les liens à nos souvenirs; les souvenirs d’avoir mangé des cadavres? et la corrida, c’est quand même un combat hein? Et puis s’il n’y a plus de corrida, il n’y a plus de taureaux…. bla bla bla bref tous les poncifs carnistes habituels. Au suivant.

collaborer
Sur un dessin d’Insolente Veggie

 

Emmanuel Todd, historien et démographe plutôt de gauche et que j’apprécie généralement n’hésite pas à s’attaquer à ce qu’il appelle à juste titre « la crétinisation des mieux éduqués » et à la bétise ambiante en politique. Sur ces points, je suis d’accord avec lui. Mais lorsqu’il est confronté avec son propre spécisme, c’est « circulez, y a rien à voir! ». Sur le plateau de l’émission C Politique, il se trouve face à Tiphaine Lagarde de 269 Life qui n’hésite pas à le remettre à sa place quand à son offuscation que l’on puisse comparer l’holocauste animal (on parle de milliards d’êtres sensibles massacrés par une seule espèce chaque année) à la Shoah, sujet éminemment sensible pour un juif. La comparaison est généralement balayée d’un revers de la main par ceux-ci mais pas tous. Tiphaine Lagarde lui pointe d’ailleurs avec justesse le livre dédié à la mémoire d’Isaac Bashevis Singer « Un Eternel Treblinka » écrit par Charles Patterson.

lagarde todd
Emmanuel Todd et Tiphaine Lagarde sur le plateau de C Politique (Capture d’écran)

Pour extrait, ce passage tiré des Cahiers Antispécistes sur le livre:

Eternal Treblinka est dédié à la mémoire d’Isaac Bashevis Singer, prix Nobel de littérature, et c’est à ce dernier que Charles Patterson a emprunté la citation mise en exergue de son ouvrage:

En pensée, Herman prononça l’oraison funèbre de la souris qui avait partagé une partie de sa vie avec lui et qui, à cause de lui, avait quitté ce monde. « Que savent-ils, tous ces érudits, tous ces philosophes, tous les dirigeants de la planète, que savent-ils de quelqu’un comme toi ? Ils se sont persuadés que l’homme, l’espèce la plus pécheresse entre toutes, est au sommet de la création. Toutes les autres créatures furent créées uniquement pour lui procurer de la nourriture, des peaux, pour être martyrisées, exterminées. Pour ces créatures, tous les humains sont des nazis ; pour les animaux, la vie est un éternel Treblinka. »

Monsieur Todd, comme beaucoup, est un cas typique de « dissonance cognitive ». Il est anti-raciste, anti-sexiste (je crois) mais dès que l’on sort de l’unique et soit-disant supérieure espèce humaine (la seule espèce sur la planète si intelligente qu’elle commet justement des génocides envers elle-même et les autres espèces), il n’y a plus personne. Pourtant il affirme justement que: « Mais quand on décrypte, comme je le fais, des variables sociologiques, on arrive à la conclusion qu’il existe un subconscient inégalitaire dans notre société. » Oui mais l’égalité n’existera jamais sans prendre en considération les autres espèces de la planète comme des cohabitants et des individus à part entière et non comme des esclaves/objets à notre service. L’égalité est ici limitée comme d’habitude à l’espèce qui domine et exploite le vivant. Il oublie que ce que l’on fait aux animaux non-humains est tôt ou tard appliqués aux animaux humains.

Citons d’ailleurs un exemple flagrant dans « Un Eternal Treblinka » repris par les Cahiers Antispécistes: « Il poursuit avec le fait que les personnes malades, faibles ou blessées à leur arrivée dans un camp étaient immédiatement écartées, puis « éliminées » pour ne pas représenter une gêne ; il en va de même aujourd’hui encore pour les animaux trop affaiblis à leur arrivée pour se tenir debout et qu’on abandonne dans un coin jusqu’à ce que quelqu’un ait le temps de « s’occuper » d’eux. »

Bonnet blanc, blanc bonnet.

Et pourtant, comme je l’ai montré dans mon livre « C’est quoi le Véganisme? » dans un chapitre consacré à l’histoire du mouvement et de ceux qui ont réfléchi à la cause animale, l’époque des lumières, entre autres, est un grand exemple de penseurs qui ont réfléchi de manière intelligente à la place des animaux non-humains et pas seulement aux causes sociales liées aux seuls animaux humains: De Victor Hugo à Lamartine, de Mark Twain (fermement opposé à la vivisection et dont la fille était végétarienne) à Rousseau et Tolstoï, les idées intelligentes en ce qui concerne la place des animaux non-humains et la manière dont nous devons les considérer est très présente.

Du Président Abraham Lincoln, ayant aboli l’esclavage des noirs, déclarant: « Je suis en faveur des droits des animaux ainsi que des droits de l’homme. C’est la seule manière d’être un être humain » (coucou Alain Finkielkraut!), à Emile Zola: « La cause des animaux passe avant le souci de me ridiculiser » en passant par Voltaire: « Qu’y-a-t-il de plus repoussant que de se nourrir continuellement de chair de cadavre? » entre autres, et bien sûr Victor Hugo, fervent anti-corrida, il est clair que la pensée intellectuelle des élites modernes que critique Todd comme « crétine » peut s’appliquer à lui-même dès qu’il s’agit des animaux non-humains dont il veut nier l’importance. C’est d’ailleurs plutôt une obsession pour Todd puisqu’il récidive dans une conférence (lien direct au passage) qu’il a donné récemment sur Macron (par ailleurs intéressante) en s’énervant de la place que prennent les animalistes par rapport à la justice sociale en générale en nous traitant de « minables » mais bon il a un chat qui s’appelle Mozart donc… il n’est pas méchant n’est-ce pas? Puis il dit regretter rater une réplique « avec une nana, une animaliste quelconque » (sous-entendu Tiphaine Lagarde, à peine méprisante la remarque quoi) à la télé en prétendant que les animalistes sont un symptôme du macronisme. J’aurais tout entendu!

Mais Monsieur Todd, vous devriez relire Lamartine qui disait: « On n’a pas deux cœurs, l’un pour l’homme, l’autre pour l’animal… On a du cœur ou on n’en a pas ». Qui est minable?

Et il serait utile pour Alain Finkielkraut (qui pourtant cite Bashevis Singer!) et Emmanuel Todd d’apprendre d’autres juifs:

« La grande majorité des survivants à l’Holocauste est carnivore et ne s’intéresse pas plus à la souffrance des animaux que les Allemands se préoccupaient de la souffrance des Juifs. Qu’est-ce que cela signifie ? Laissez-moi vous le dire. Cela signifie que nous n’avons rien appris de l’Holocauste. Rien. Tout cela pour rien. Il n’y a aucun espoir » Albert Kaplan, fils de Juifs russes.

Enfin je vous laisse en photo le pompon de la grande pensée « philosophique » moderne avec l’excellent réponse d’Insolente Veggie:

Culture viande WolffInsolente Veggie sur Culture Viande

 

« Auschwitz commence lorsque quelqu’un regarde un abattoir et se dit : ce ne sont que des animaux. » Theodor Adorno

 

Sources:

  • La cause animale selon Alain Finkielkraut – France Inter 28/09/18
  • Emmanuel Todd choqué par Tiphaine lagarde Cpolitique 10/09/2017
  • Emmanuel Todd : «La crétinisation des mieux éduqués est extraordinaire» Libération 6/9/17
  • Finkielkraut juge les animaux plus « sensibles » que les habitants des banlieues – Panamza
  • Finkielkraut, spéciste et humaniste: Opposé à l’élevage industriel, l’académicien refuse néanmoins d’embrasser la croisade antispéciste – Causeur.fr 7/10/18
  • Emmanuel Todd – Qu’est-ce que le macronisme ? YouTube
  • La cause animale selon Alain Finkielkraut – France Inter 28/9/18
  • Le blog d’Insolente Veggie
  • Le site de 269 Life France
  • « Un éternel Treblinka » de Charles Patterson – Amazon
  • Cahiers antispécistes n°22 – février 2003: Eternal Treblinka par Anne Renon

 

© Copyright Octobre 2018 – Veronique Perrot – Tout droits réservés. Toute utilisation et/ou publication non-autorisée de ce matériel sans l’autorisation verbale ou écrite de cette auteur et/ou de cette propriétaire est strictement interdite. Des extraits ou des liens peuvent être utilisés si un crédit clair et complet est donné avec une direction spécifique et appropriée vers le contenu original.

 

Interview avec France Bleue Gard Lozère 26 Février 2016

Interview réalisée par Sylvie Charbonnier dans l’Invité du 7:50. Discussion sur l’abattoir du Vigan, le Véganisme, la nutrition et l’antispécisme.

Cette interview fait suite au scandal de l’abattoir du Vigan révélé par L214.

IMG_3329

 

Festival Alternatiba – Stand AVF & quizz – Montpellier 27 Septembre 2015

En companie de nos camarade de VegNature et plein d’autres associations, j’ai pu tenir un stand pour l’Association Végétarienne de France avec l’aide de ma collègue Annick et mes camarades Joëlle Verdier et Cyril Vaucelle. Très belle journée dans une ambiance écolo, le soleil au rendez-vous et apparemment 10 000 personnes, des curieux sur le végétarisme, végétalisme et véganisme et l’écologie ainsi que des convaincus. J’en ai profité pour faire une petite animation quizz d’une heure avec un groupe de gens engagés et remplis de questions sur la nutrition, l’écologie et l’éthique animale. La gagnante ayant gagné un livre de cuisine végétalienne de Marie Laforet. Enormément de tracts et brochure sont partis ainsi que tous les magazines que nous avions. Nous avons également offert une dégustation végétalienne gratuite de paté, laits végétaux et cookies végétaliens, eux aussi vite mangés. Excellent succès et temps magnifique!

 

Conférence à Los Angeles: Conditionnement, Histoire & Science: Se libérer pour mieux militer pour d’autres animaux

Conditionnement, Histoire & Science: Se libérer pour mieux militer pour d’autres animaux. Très grand merci à mon ami Lama-Jigme Gyatso (moine bouddhiste végan) que j’ai oublié de mentionner dans la vidéo et qui m’a aidé à me préparer pour cette présentation avec sagesse (et surtout humour). Présentation sous-titrée en Français que j’ai faite à l »Animal Advocacy Museum » (le Musée du Militantisme pour les animaux) de Los Angeles en Mars 2014. Présentation basée en grande partie sur les enseignements du livre « The World Peace Diet » (Nourrir La Paix) du Dr. Will Tuttle et inspiré par des amis et auteurs et ma propre expérience en tant que militante (aux USA). Presentation (subtitled in French and re-edited) done at the Animal Advocacy Museum of Los Angeles in March 2014. Based mostly on the teachings of The World Peace Diet by Dr. Will Tuttle as well as what I learned from friends and authors and my own experience as an activist. Grateful thanks to my friend Lama-Jigme Gyatso who helped me prepare for this presentation with wisdom (and mostly humor).

 

« C’est quoi le Véganisme? » en un livre

vero ban

C’est avec un énorme plaisir que je vous annonce la publication de mon premier livre aux Editions Trédaniel Le Courrier du Livre: « C’est quoi le Véganisme? De la théorie à la pratique pour un mode de vie 100% éthique » que je sais beaucoup attendaient.

Ce livre ne se contente pas uniquement de partager ce que nombre d’autres auteur-es ont put dire sur les conditions d’exploitation des animaux mais j’essaie de mettre en lumière également l’histoire de ce mouvement de libération animale qui est ancien, ses origines politiques et sociales, ainsi que d’offrir un guide, que j’ai souhaité le plus simple possible, à tout ceux qui soit, sont déjà en transition vers un mode de vie plus éthique, soit veulent aller encore plus loin. Il est aussi l’occasion de briser des mythes qui continuent à être disséminés notamment dans les médias et la presse.

Je vous conseille de lire l’article que j’ai publié sur l’excellent site « Les 1001 vies » où j’y développe mon approche.

Vous pouvez commander le livre de diverses manières. Tout d’abord, si cela est plus simple pour vous, vous pouvez le trouver sur Amazon.fr et la FNAC.

Pour des raisons éthiques, si vous pouvez le commander dans une petite librairie indépendante, regardez ce site: LesLibrairies.fr

Et il y a bien sûr le site de l’Editeur, le formidable Courrier du Livre, sans qui ce livre n’existerait pas: Guy Trédaniel Editeur -Le Courrier du Livre

Et en dernier lieu, si vous ne le trouvez pas dans votre librairie indépendante locale, ils commanderont le livre pour vous.

Elections législatives: Un troisième tour pour les animaux et la planète

elections-1496436_1280

Historiquement parlant, les élections législatives sont généralement boudées par les électeurs au profit des élections présidentielles qui ont elles-même un fort taux d’abstention. Pourtant, de ces 20 dernières années, les élections législatives du 11 et 18 Juin 2017 seront probablement les plus importantes que nous ayons eu depuis très longtemps si nous voulons des progrès pour les animaux et la planète.

Je suis particulièrement en colère contre le journaliste « antispéciste » Aymeric Caron pour s’être abstenu de voter au premier tour des élections présidentielles et de ne pas avoir appelé à voter pour Jean-Luc Mélenchon. Sa notoriété aurait probablement énormément aidé vu que Jean-Luc Mélenchon ne s’est retrouvé qu’à 600 000 voix du second tour. Ma colère envers Aymeric Caron vient notamment du fait que sa raison est que Mélenchon n’est pas « antispéciste » (il le dit sur sa page Facebook). Ce sont une remarque et une position hallucinantes lorsque l’on considère que:

  1. Jean-Luc Mélenchon n’a jamais prétendu être antispéciste et
  2. que la position de M. Caron envers Jean-Luc Mélenchon coute chère aux animaux et aux arbres qui se contrefichent de savoir si il est parfait mais si son programme va faire une différence pour eux (bien sur les arbres peuvent en témoigner encore moins que les animaux mais vous savez ce que je veux dire).

Je considère donc que M. Caron, de part sa position a considérablement désservi la cause animale et il s’étonne maintenant de la réaction de colère à son égard de la part de nombreux végans et militants animalistes sur sa page et choisit d’y répondre avec, il semble, (fausse?) incompréhension. Soit il est stupide (et je ne le pense pas), soit il se sent stupide et choisit de contourner (en bon journaliste typique de ce journalisme médiocre qui pullule sur nos programmes télé) sa propre incohérence pour ne pas passer pour un idiot.

Histoire de prouver qu’il est à coté de la plaque, il a publié deux articles dans le journal Libération; l’un appelant La France Insoumise et Jean-Luc Mélenchon à investir des candidats du Parti Animaliste pour défendre les animaux et l’autre pour se plaindre que l’ex-torera Marie Sara soit investie par La République En Marche! et donc Macron (un peu tard non?).

Je suis évidemment d’accord avec l’idée que des candidats animalistes puissent être investis. Ils nous faut urgemment des députés pro-animaux à l’Assemblée Nationale pour porter cette cause. Cependant, Aymeric Caron ne semble pas avoir réalisé que le Parti Animaliste n’est pas plus antispéciste que la France Insoumise et, la position du parti étant animaliste et rien d’autre, ses candidats n’accepteront jamais de porter le programme de la France Insoumise (ce qui est requis de tout candidat se présentant en tant que FI). De plus, même si le programme du parti contient des mesures abolitionistes comme la fin des corridas et des animaux dans les cirques, il ne remet pas en cause le spécisme de notre société, tel que défini justement dans le livre « antispéciste » du dit M. Caron. Faut-il qu’il réécrive son livre pour redéfinir l’antispécisme? Ou bien a-t-il eu peur que Mélenchon vienne lui prendre plus d’impots avec sa révolution fiscale? Je l’ignore mais je le trouve en tout cas d’une hypocrisie inouie.

Maintenant que j’ai dit ce que je pensais de notre cher défenseur de la cause animale, passons au sujet capital des législatives.

Deux positions s’offrent à nous: voter pour des candidats de La France Insoumise ou du Parti Animaliste. Ma position est claire: je voterai France Insoumise. Non pas que je pense du mal du Parti Animaliste, bien au contraire mais que, malheureusement, d’un point de vue statégique, Le Parti Animaliste ne sert absolument à rien dans les enjeux de ces élections.

Il faut bien comprendre que si nous laissons une majorité au président Macron et son premier ministre Edouard Philippe, nous courrons à la catastrophe sur tous les plans: sociaux, environnementaux et bien sur en ce qui concerne la cause animale. Ce gouvernement a quatre ministres pro-corrida, un premier ministre et un président pro-nucléaire, OGM, pesticides. Ils veulent casser le code du travail ce qui plongera encore plus de gens dans la misère (et au suicide, car c’est courant). Macron veut ramener les chasses présidentielles en bon monarque qu’il est. Et je ne parle même pas des retraites de nos parents (ou des notres) qui vont couler encore plus. Bref, ce gouvernement, SUR TOUS LES PLANS, est une horreur. Malheureusement, ce n’est pas le Parti Animaliste qui va changer cela. Par ailleurs, j’ai une vision globale de la société qui ne s’arrête pas soit uniquement aux humains, aux animaux non-humain ou juste à la planète. C’est un tout lié, interconnecté, indivisible. Changer un élement en change d’autres. C’est une loi de la biodiversité. Je ne vais pas m’étendre ici sur le pourquoi et comment tout est interconnecté sur notre planète si ce n’est recommander la lecture de « Nourrir La Paix » de Will Tuttle qui explique magnifiquement ce principe.

Pourquoi dois-je me préoccuper des législatives? me dirais-vous. C’est très simple. Si la France Insoumise obtient une majorité à l’Assemblée Nationale (autrement dit 289 sièges sur 577), elle aura les moyens de bloquer énormément de mesures du gouvernement Macron mais aussi de faire avancer les mesures de L’Avenir en Commun, le programme de La France Insoumise. Et pour ceux qui ne le savent pas encore (ha bon?), la FI a énormément de bonnes choses prévues pour les animaux.

Voter pour la France Insoumise aux législatives peut permettre qu’elle soit majoritaire et donc permettre de faire ce qui suit (et qui était prévu par le candidat Mélenchon): déclencher un référendum pour une VIème république qui permettrait de mettre la Règle Verte dans la Constitution ainsi que les animaux et donc de pouvoir y mettre le droit pour les animaux de ne pas être considérés comme des objets et à ne plus souffrir (et donc à plus long terme de faire interdire des horreurs comme la corrida ou les combats de coqs parce qu’elles deviendront anti-constitutionnelles), éliminer l’élevage industriel, autrement dit sortir 98% des animaux exploités et tués pour leur chair, leur lait, leurs oeufs etc, de la pire forme d’élevage qui existe. Bien sur ce n’est pas la fin de l’élevage mais cela veut cependant dire que pour avoir une agriculture paysanne comme le prévoit la FI signifie une énorme réduction du nombre d’animaux exploités et tués, chose impossible tant que l’élevage industriel et l’agriculture chimique existent. Cela veut également dire que des mesures comme l’interdiction des animaux dans les cirques, les alternatives à l’expérimentation animale seraient également possibles. Et n’oublions pas que beaucoup de végans ont compté sur le vote Jean-Luc Mélenchon pour faire enfin avancer la cause animale d’un grand bon.

Aussi important à remarquer: chaque candidat de la FI signe la charte d’Anticor, autrement dit contre la corruption qui rend possible la révocation des élus, chose prévue dans le programme et dans une nouvelle Constitution. Autrement dit, quel que soit le candidat qui soit dans votre circonscription, vous votez pour quelqu’un qui doit s’efforcer d’appliquer le programme L’Avenir en Commun, et rien d’autre!

Nous n’aurons peut-être jamais une opportunité comme celle ci à nouveau! Donc ces élections législatives, votons en masse pour casser les pieds le plus possible à ce gouvernement minable et mettons un maximum d’insoumis à l’Assemblée Nationale!

 

 » Que répondez-vous à ceux qui disent, qu’il y a des problèmes plus urgents à traiter que la cause animale ?
JLM: La question ne se pose pas de cette façon. Il faut en effet identifier en quoi la cause animale traverse plusieurs sujets fondamentaux pour notre avenir : la considération des animaux avec respect va de pair avec le souci d’une société apaisée, en harmonie, dont le logo du mouvement France insoumise est le symbole. C’est aussi un élément essentiel de la préservation de notre écosystème et enfin, de la qualité de notre alimentation. »

(extrait des réponses à Béatrice Majewski, Téléstar)

Charlotte Girard (coordinatrice du programme de la FI) sur la position de la France Insoumise concernant la corrida: « Notamment, je souligne que notre candidat a repris notre proposition de faire rentrer les animaux dans la Constitution. Dès lors, une partie de l’arsenal législatif actuel deviendra caduque ; il suffira soit d’abroger les lois qui seront devenues anti-constitutionnelles, soit d’attaquer en justice les lois qui tomberont une à une, car anti-constitutionnelles. Dès lors, dans un horizon de trois ans maximum, si la volonté d’abolition est vraiment majoritaire dans ce pays, nous aurons une Constitution et un arsenal législatif qui mettra fin aux corridas.« 

 

Sources:

 

© Copyright Mai 2017 – Vegan EmpowermentFrancophone / Veronique Perrot – Tout droits réservés. Toute utilisation et/ou publication non-autorisée de ce matériel sans l’autorisation verbale ou écrite de cette auteur et/ou de cette propriétaire est strictement interdite. Des extraits ou des liens peuvent être utilisés si un crédit clair et complet est donné avec une direction spécifique et appropriée vers le contenu original.