Cher Jean-Pierre…

Jean-Pierre Garrigues à la manif de Rodhilan en Octobre 2015
Jean-Pierre Garrigues à la manif de Rodhilan en Octobre 2015 (photo personnelle)

 

Il y a environ 1 an, tu m’as invité à te rencontrer à Alès après que j’eu accepté ton invitation à me joindre au travail du CRAC Europe. Je ne t’avais jamais parlé, seulement croisé durant les combats menés lors des manifestations contre les tortionnaires de la tauromachie.

Nous avons parlé longuement, tu m’as offert un café, et surtout tu m’as accordé ta confiance. Cela, je ne l’oublierai jamais.

Je suis engagée dans la cause animale, notamment, depuis environ 10 ans. J’ai côtoyé des centaines de militants, des leaders de la cause animale de nombreux pays ici et outre Atlantique. Peu ont laissé une trace mémorable dans mon esprit vue la superficialité souvent intéressée et souvent tristement peu sincère de leur engagement pour les animaux non-humains.

Tu étais clairement différent: désintéressé, sincère, bon, humain, et surtout tu plaçais le combat pour les taureaux au-dessus des égos, au-dessus du tiens. C’est une chose très rare dans l’univers animaliste de rencontrer une personnalité à la fois charismatique mais sans orgueil, quelqu’un avec un grand cœur pour les animaux et les humains. Peu de gens possèdent les vertus de militant totalement engagé mais qui ne cherche pas à évincer les autres pour se promouvoir lui-même mais qui, au contraire, aime l’unité.

Jean-Pierre, tu faisais partie de ce très petit cercle de grands leaders. A titre personnel, je n’ai pas oublié l’adorable petit cadeau que tu m’as envoyé Noël dernier et que je conserve précieusement.

J’ai appris beaucoup à ton contact: la détermination, la gentillesse, le dévouement à une grande cause mais aussi aux autres. Même lorsque tu étais malade, tu prenais le temps de nous servir chez toi pendant que nous nous régalions des merveilles culinaires de ton épouse Coloma. J’en garde de très bons souvenirs.

Parce que mes convictions profondes font que je considère la mort uniquement comme un passage, je suis convaincue que je te reverrai, prêt encore et toujours à défendre les opprimés. Lorsque ce sera le cas, compte sur moi comme les taureaux ont pu compter sur toi.

Paix à ton âme. Avec toute mon affection. Ce n’est qu’un au revoir.

 

Jean-Pierre Garrigues (1964-2017) pour toujours dans nos cœurs.

 

Un poête anti-corrida

Lors du tractage pré-procès Rodhillan le 12 janvier, nous avons rencontré des gens intéressants et qui nous ont soutenus. Nous avons passé la journée à informer le public de Nîmes sur l’importance du procès des aficionados le 14 et 15 Janvier 2016.

12553038_10153548805283138_8535047197372843778_n
Lynchage par le maire de Rodhilan et ses potes.

Mais pour moi, la surprise fut de rencontrer un homme charmant qui, touché par les tracts sur les faits de Rodhilan et étant lui-même anti-corrida, s’est empressé de discuter avec moi de nos motivations, de nos combats pour les animaux et même de mon travail de coach végane. Ce n’est pas tous les jours que cela m’arrive dans une ville comme Nîmes.

Il me demanda une copie du tract, un stylo et me dit d’attendre. Je le vis alors entrer à l’intérieur du Carré d’Art, lieu dans lequel on pouvait trouver l’ignoble exposition « Viart » aka Musée itinérant des Tauromachies Universelles«  qui lie honteusement les grottes de Lascaux à la Tauromachie (mensonge historique flagrant et dénoncé par les historiens).

12565421_10153547008578138_8999097693961191867_n
Tract donné avant le procès

 

J’attendais ce monsieur un peu mystérieux pendant environ 10 minutes, temps pendant lequel je continuais à donner le tract aux passants. Il ressorti finalement, me rendit mon stylo et me demanda de lire ce qu’il avait écrit au dos.

C’était un poème anti-corrida! Avec sa permission, je le reproduis ici:

 

Corri-nada

Partis de nulle part

Vers d’autres ailleurs

lls ont fait succomber

Disent-ils pour le meilleur

Ceux qui ne voulaient pas tomber

Des coups portés à leur flanc

De part en part

Eux qui étaient beaux, innocents

Vaillants sous le soleil cruel…

L’habit de lumière porte en lui

Les désespérances au delà de ces vies

Otées au nom barbare de corrida

Ovationné si fort dans les arènes

Mais désormais la coupe est pleine

Plus besoin de ces fils de « Torquemada »

La lutte doit avoir lieu maintenant

Pour briser ces pratiques sauvages d’autres temps

André Philippe Arowas

Poète Nîmois

Je remercie donc André pour son soutien et sa poésie. J’aimerai qu’il y en ai plus comme lui.

Sources:

  • Tollé contre l’appropriation de LASCAUX par la corrida ! FLAC
  • NÎMES Exposition taurine : l’Alliance Anticorrida dénonce des “pressions” sur une enseignante – Objectif Gard
  • Procès du lynchage de Rodilhan les 14 et 15 janvier 2016 à Nîmes – CRAC Europe

 

© Copyright Janvier 2016 – Vegan EmpowermentFrancophone / Veronique Perrot – Tout droits réservés. Toute utilisation et/ou publication non-autorisée de ce matériel sans l’autorisation verbale ou écrite de cette auteur et/ou de cette propriétaire est strictement interdite. Des extraits ou des liens peuvent être utilisés si un crédit clair et complet est donné avec une direction spécifique et appropriée vers le contenu original.