La « psychologie » des arènes

2019-05-12-11.04.40.jpg
Vergèze, le 12 mai 2019, après la mort du premier taureau.

Je vais être claire: non je ne suis pas psychologue. Par contre, cela m’intéresse et il m’est intéressant d’observer les gens, surtout dans des situations qui me sont absolument opposées éthiquement. Sur les stands végans, la mentalité des carnistes est quelque chose qui me fascine.

Maintenant, dans les arènes d’une corrida, je dois dire que cela peut être un grand sujet d’intérêt. Ma curiosité l’emporte et je ne peux résister à l’idée d’essayer de piger ces gens qui aiment voir un animal être torturé alors qu’ils seraient probablement horrifiés s’il s’agissait de leur chien ou chat (quoique?).

Je suis donc allée à un « spectacle » de Corrida ce dimanche, tout d’abord pour filmer ce qui s’y passe mais aussi curieuse de « rencontrer » ces afficionados, ces amoureux de la mort et de la violence envers les taureaux. C’est édifiant.

Avant le spectacle taurin, le passage obligé est la buvette. Pour bonne mesure, j’ai avalé un petit rosé. Je me suis aussi dit que ça aiderait à faire passer ce qui suivrait. Puis j’ai pris le temps de « sympathiser » et discuter avec les gens, me fondre dans leur monde. Si je rencontrais ces gens hors du contexte, je les trouverais très sympathique. Voilà ici le grand paradoxe de cette populace. D’un coté, ils ont l’air civilisés, de l’autre, ils nous apparaissent comme des sadiques qui aiment le sang. Peut-être est-ce simpliste? Mais ce sont pourtant les faits.

Pour entrer dans les arènes, il faut soit être savamment manipulé depuis l’enfance et donc complètememnt embrigadé, ou être bon-ne comédien-ne et ranger ses émotions dans une boite bien fermée. Je me range tentativement en catégorie 2. C’est donc dans une boite bien fermée que j’ai mis tout mon ressenti pour les taureaux et que j’ai joué mon rôle « d’afficionado » convaincue auprès de ces gens « sympathiques » et joyeux (sic). Si l’on est pas capable de le faire, autant sortir des arènes tout de suite.

Le « spectacle » démarre. Les empaillés entrent, saluent la foule (arènes à moitié vides), les chevaux avec des nanas en costumes entrent puis les mecs en blancs chargés du « nettoyage » après chaque mise à mort. Salutations à la foule, applaudissements. Le cortège ressort.

Entre le premier taureau. En suivra 4 autres. Je ne ferai qu’un résumé car le déroulement est singulièrement le même. Les seules variations sont les degrés de boucheries des crétins amateurs sur la piste pour les tuer. Le premier empaillé arrive dans son costume trop serré (au niveau des… bon vous avez compris). Il agite sa cape rouge, réactions de la foule, quelques « holé », rien de grave jusque là. Ensuite viennent les banderilles, gentilles lâmes de plusieurs centimètres équivalentes d’une piqure de rappel pour ces gens mais qui sont bien en fait des couteaux enfoncés dans le corps de l’animal. Puis le crétin empaillé arrive avec son épée qui était cachée sous la cape, et, le cul en arrière (c’est grotesque) s’avance pour viser le cou du taureau. Les spectateurs retiennent leur souffle, je retiens mon dégoût. Il se lance et enfonce maladroitement l’épée dans le corps du taureau qui se met à tourner en rond affolé et certainement en grande souffrance. Le benêt a mal fait le « boulot » car l’épée ressort de moitié (ça arrivera sur 4 taureaux sur 5). A plusieurs, ils continuent à faire tourner l’animal en rond pour le désorienter. Puis il est piqué à la tête à plusieures reprises. Enfin, piqué est un gentil mot. Il réagit à chaque fois. Finalement, il s’écroulera sous les applaudissements des sadiques et dans son propre sang.

A la fin du « spectacle », ma voisine, très enthousiaste de mon « intérêt » pour tout ça m’invite dans son club taurin…. mmm pour étudier plus ces gens, pourquoi pas. Pour devenir comme eux? Certainement pas.

Note intéressante: pendant tout le déroulé, nous pouvions entendre les bruits et sirènes des anti-corridas à l’extérieur, ce qui a fortement énervé ces gens. Un a même dit: « Qu’est-ce qu’ils attendent pour utiliser les canons à eaux contre eux? ». Combiné au vent, ce n’était pas complètement la joie pour ces gens. Autre commentaire amusant celui là: « Je suis sûr que les anticorridas sont payés pour faire ça ».

J’ai enlevé le couvercle sur mes émotions le lendemain. Ces gens là, tristement, ont un couvercle depuis toujours et ne l’enlèveront probablement jamais.

 

© Copyright Mai 2019 – Veronique Perrot – Tout droits réservés. Toute utilisation et/ou publication non-autorisée de ce matériel sans l’autorisation verbale ou écrite de cette auteur et/ou de cette propriétaire est strictement interdite. Des extraits ou des liens peuvent être utilisés si un crédit clair et complet et donné avec une direction spécifique et appropriée vers le contenu original.

 

Ci-dessous vidéo du 4ème taureau massacré par les amateurs. Si vous êtes sensibles, je vous ai prévenu.

 

Animal Testing – The Hidden torture chamber

One of the most controversial areas of animal abuse is Animal Research or Vivisection. If you ask the majority of people, they will tell you that they support Vivisection because it saves human lives. Is that so? It is a fact that the public is usually misinformed on most issues as we have a small elite who loves to keep people ignorant. That is nothing new. The elites want to stay in power, therefore they have to keep people apathetic and non-rebellious. As far as the animal rights movement, there was always a movement to abolish vivisection as the barbaric practice that it is for over a century. But like a lot of work that is being done in the area of animal abuse, the problem is not the animal abusers per say but the public who supports them with their tax dollars. Let’s face it, as Professor Gary Francione would say, if there is no demand, there is no supply. Education is the key once again. As far as vivisection is concerned, as long as people are convinced that their interests trumps the interests of non-human animals, it will continue. As long as they (erroneously) believe that it is a useful practice which saves human lives, it will continue.

It is a fact that most diseases have not been conquered with vaccines but better sanitation and personal care habits. Most drugs on the market today, tested on non-human animals, are in the end dangerous to humans and a lot of them get recalled (Vioxx anyone?). But the medical industry would have us believe that it is necessary to experiment on animals. The truth is that most « research » is just a way to get grant money. A lot of the testing is done for household products which could be very well tested with alternatives. In fact, more and more animal testings can now be replaced with alternatives.

monkeytesting

There is some encouragement on the horizon. According to the American Anti-vivisection Society: « In the European Union (EU) two major initiatives on toxicity and safety testing specifically acknowledge that the development and use of alternatives is critical. In the EU’s REACH legislation, one of the law’s guiding principles calls for the use of non-animal tests. And the 7th amendment to the EU’s Cosmetic Directive contains a provision that will prohibit any cosmetic from being marketed in the EU if it, or any of its ingredients, have been tested on animals. The EU has taken a leading role in the development of alternatives and has also invested its resources in validating alternatives for use in regulatory decision-making. The European Centre for the Validation of Alternative Methods (ECVAM), established in 1992, is based on EU Directives that state: « An Experiment shall not be performed if another scientifically satisfactory method of obtaining the result sought, not entailing the use of an animal, is reasonably and practicably available. »[….] »The EU has also implemented legislation that requires nearly 30,000 chemicals to be tested in an effort to protect human health and the environment. This legislation, called REACH (Registration, Evaluation, Authorization, and Restriction of Chemicals), caused major concern for animal advocates. Fortunately, it was amended to stipulate that the testing of cosmetic ingredients must also follow the EU Cosmetics Directive and that non-animal test methods must be used to prove that these chemicals are safe. In fact, REACH has spurred the creation of many new alternative methods. »

As usual the American leadership is non-existent. I just hope that the example of the EU will force changes over here. But we have to remember that the European directives came about because PEOPLE demanded them. The bottom line is that, just like a bigger cage is still a cage, animals won’t be free of torture chambers (aka medical labs) unless it is made clear that animal experimentation is unnecessary and outdated. 

We need to educate people towards eating a healthy plant based diet. A plant based diet will alleviate most of the chronic diseases which are now behind all the dangerous toxic drug tested on animals. We also need to educate people on shopping intelligently. There is a cruelty free alternative to most products out there. It is just a matter of being informed. Ultimately, educating people to go Vegan is the best service we can do the animals in labs and elsewhere as a TRUE Vegan will avoid all (or to the best of his or her ability) products and situations which create harm to animals.

© Copyright May 2012. All Rights Reserved. Printing by permission only.

Photo courtesy of Wiki commons