La (non) liberté d’expression des grévistes de la faim de Strasbourg

monkey-772558_1280

Comme toujours en France, la liberté d’expression ne s’applique uniquement qu’à ceux au pouvoir mais jamais réellement aux citoyens, et surtout pas à ceux qui demandent justice pour les autres.

Depuis plus d’un mois, des grévistes de la faim de Strasbourg qui demandent la fermeture du centre de primatologie de Fort Foch, qui élève des singes destinés aux laboratoires pratiquant l’expérimentation animale, sont complètement ignorés en grande partie (avec quelques exceptions) par les médias nationaux certainement plus intéressés par les querelles politiques, les jeux télés et la dernière mode (sujets qui font apparemment réellement évoluer notre société d’après eux) plutôt que les causes sociales d’importance.

Après le drame de Charlie Hebdo en Janvier, on pourrait croire (ou nous faire croire) que les medias se seraient mis au diapason de cette soi-disant liberté d’expression qu’ils disent défendre mais ce n’est absolument pas le cas.

Pourtant la cause des grévistes de la faim de Strasbourg est une cause du 21ème siècle la fin de l’expérimentation futile sur les animaux, d’autant plus les singes, nos proches cousins génétiques. On sait parfaitement que l’expérimentation ou recherche « scientifique » sur les animaux n’est pas et n’a jamais été une nécessité pour sauver des vies humaines.

Mais nous sommes encore a l’époque de René Descartes, une personne, tâche honteuse et monstrueuse de notre histoire, qui a été le premier à avoir lancé l’idée de l’animal machine. Selon lui, l’animal n’était rien d’autre qu’une machine perfectionnée. Il n’y avait pas de différence fondamentale entre un automate et un animal. Un artefact fabriqué par l’homme n’était pas ontologiquement distinct d’un animal. La Lettre au Marquis de Newcastle (23 novembre 1646) compare explicitement l’animal à une horloge, composé de pièces mécaniques et de ressorts. Pour Descartes, l’animal n’avait ni âme ni raison. (source Wikipedia pour en savoir plus).

Cette manière de penser a inspiré tristement des générations de vivisecteurs. Descartes, après tout, n’avais pas hésité à clouer un chien sur une porte et le disséquer encore vivant. Il considérait que les hurlements de souffrance de ce pauvre animal n’étaient qu’une réaction mécanique n’ayant aucune pareille avec celle des humains. De nos jours, je pense que si beaucoup savaient ce qui est fait encore notamment aux chiens dans les laboratoires, ils seraient horrifiés. Par contre, cela ne semble pas être un acte horrible dès que l’on parle d’autres animaux comme les singes (encore plus proches de nous génétiquement) ou autres animaux.

A cause de cette ignoble fantaisie ignorante lancée par Descartes, nous avons créé des générations de « scientifiques » qui prétendent sauver des vies humaines en torturant des êtres vivants alors qu’il est reconnu, par exemple, que 80% des tests faits sur les rats ne résultent en aucune information fiable pour les humains. Le Professeur Américain Colin Garner a même dit: « Nous savons parfaitement traiter le cancer chez les rats et chez les souris, mais nous ne savons toujours pas guérir les gens. » (Professeur Colin Garner cité dans un article de Genetic Engineering and Biotechnology News, 2007).

Même le grand laboratoire pharmaceutique Pfizer le reconnait: « Une étude menée par les laboratoires Pfizer a abouti à la conclusion que “pour savoir quelles substances sont carcinogènes, il vaudrait mieux jouer à pile ou face plutôt que de compter sur l’expérimentation animale. Seulement 5 à 25 % des substances nocives pour l’être humain ont aussi des effets négatifs sur les animaux des laboratoires. Jouer à pile ou face donne de meilleurs résultats. » ((1) Münchner Medizinische Wochenschrift 1983: 125(27), 8)

Dans la communauté scientifique, il n’y a aussi aucun consensus pro expérimentation animale. La communauté est divisée, souvent par manque de connaissances d’alternatives ou simple refus de voir les évidences (fainéantise ou intérêt financier?). Pourtant elles existent et nous n’avons aucune justification morale à ne pas les utiliser. De plus, on sait que les « chercheurs » y ont beaucoup à gagner financièrement et il est donc à se demander combien de millions d’Euros (de nos impôts) vont être gaspillés pour enrichir des « scientifiques » dans ce laboratoire de la honte.

« Cette pratique, désormais obsolète, est financée, pour la recherche publique, par nos impôts, et dans la recherche privée, très souvent par des dons. Et ce, alors même que près des trois quarts des citoyens se disent contre l’expérimentation animale dès lors que d’autres méthodes sont possibles (étude Ipsos/One Voice). Cultures de cellules, de tissus, d’organes, biologie moléculaire, recherche in vitro… de nombreuses méthodes substitutives, reconnues et dont l’efficacité a été prouvée, existent pourtant aujourd’hui. » (One-Voice.fr)

Comme le dit très justement le site Antidote Europe (antidote-europe.org):

« Peu après la création d’Antidote Europe, nous rencontrions un vétérinaire qui nous disait, en substance : « Il n’y a pas de débat au sein de la communauté scientifique, tous les chercheurs pensent qu’il faut expérimenter sur des animaux avant de passer à l’homme. »

Nous étions pourtant la preuve du contraire, assis à une table, face à lui qui défendait la recherche animale, nous qui démontrions qu’aucune espèce animale n’est un modèle biologique fiable pour une autre.

Il est très important que le public apprenne qu’il n’y a pas consensus au sein de la communauté scientifique et médicale. Beaucoup de questions (dont la pertinence du « modèle animal ») font débat. C’est important parce que plusieurs réglementations dont notre santé dépend se fondent sur l’hypothèse que le « modèle animal » serait pertinent pour prévoir les réactions physiologiques humaines. Or, nous voyons que le nombre de personnes atteintes de maladies graves (cancer, Alzheimer, etc.) ne cesse d’augmenter.

Il serait donc grand temps que le gouvernement organise un débat entre scientifiques sur la pertinence du « modèle animal ». Les conclusions de ce débat devraient orienter les futures politiques de santé et de recherche. Antidote Europe ne cesse de le demander. »

Bien sur, le gouvernement n’est absolument pas intéressé par les débats car je pense que certains sont très bien payés par l’industrie.

Malgré ces recommandations sages et le fait que nous avons suffisamment d’alternatives à l’expérimentation animale cruelle et le fait que le gouvernement a récemment reconnu les animaux « comme êtres sensibles » donc capables de souffrance (ce qui est pourtant une évidence pour toute personne ayant un chat ou un chien), cela n’empêche pas notre gouvernement de dépenser de l’argent publique pour des centres de recherche inutiles sur les primates (sauf pour enrichir quelque uns) et qui ne font aucunement avancer le progrès scientifique pour guérir les maladies graves.

Mais les médias Français (ET le gouvernement), dans leur recherche de l’argent à tout prix plutôt que du vrai journalisme, en dehors de Planète Animaux et quelques autres médias (listés en fin d’article) ont accordé peu d’attention aux grévistes. Les autres préfèrent jouer le jeu de l’autruche et ignorer ce qui devrait être un débat et surtout une situation grave de première importance: notre relations avec les autres espèces de notre belle planète et notre insistance à ignorer la souffrance que nous leurs causons ainsi que la situation des grévistes eux-mêmes. D’ailleurs, malgré leur déplacement a l’Elysée, aucun media n’a eu de compassion pour leur cause et a daigné se déplacer pour entendre leurs voix (et donc leur liberté d’exprimer leur opinion sur le centre de primates).

Christophe Leprêtre et son amie Pamela Bruna Kahlo ont même adressé une lettre a notre Président: « Nous vous demandons, Monsieur le Président de la République, de bien vouloir intercéder le plus rapidement possible pour annuler immédiatement l’autorisation d’extension de cette primaterie et de libérer ensuite les singes détenus captifs pour les replacer dans leur milieu naturel ou dans des structures d’accueil adaptées à leur bien-être » (source: Planète Animaux)

Dans son hypocrisie typique, l’Elysée a menti aux grévistes en leur disant qu’ils ne pouvaient se voir accorder une audience car il n’y avait pas de lettre adressée originellement. Ceci est un mensonge que les grévistes ont eux-mêmes prouvé. (source: Planète Animaux).

Le 10 juin, les deux grévistes, épuisés on s’en doute et alors a l’Elysée, ont été complètement ignorés et traités, j’ose le dire, comme des terroristes et bien sur, n’ont jamais été reçus, ne serait-ce que quelques minutes. Malgré tout, ils continuent à se battre pour que les chambres à torture soient abolies pour toujours. Que font les médias? Bien entendu, la plupart continuent à les ignorer tout comme la fait le Président François Hollande, avec une arrogance inouïe.

Faut-t-il que des gens deviennent des martyrs pour que l’on adresse enfin la question de l’expérimentation animale en France et que l’on évolue enfin au delà de la vision mécanique et dépassée de Descartes ou devons nous rester au XVII siècle?

Les grévistes héroiques : Christophe Lepêtre, Pamela, Lily, Gilles, Morgane, Cécile, Hélène, C, Dylan, Cristelle et Sandra.

Photo: Monkey – courtesy http://www.Pixabay.com (Free Stock photos)

Sources:

Page Facebook de soutien: https://www.facebook.com/events/427411510754252/

Source d’information: Planète animaux http://www.planeteanimaux.com/sujet/2015/06/11/exclusif-lelysee-refuse-de-recevoir-les-grevistes-de-la-faim/005422

– One-Voice.fr et antidote-europe.org

Videos:

19/20 Alsace (sur Facebook)

– Alsace 20 TV, programme Le 6 minutes Eurométropole

Presse:

– Strasbourg: Les opposants à l’extension du centre de primatologie veulent passer à l’action – 20Minutes.fr

– La pression monte pour sauver les singes – Paris-Match

– Vivisection : les grévistes de la faim reçus à la préfecture – Planète Animaux

– La grève de la faim pour réclamer la fermeture du centre de primatologie se poursuit. – France 3 Alsace

– Strasbourg: Nouvelle colère des associations protectrices des animaux contre le centre de primatologie – 20Minute.fr

– Faut-il interdire les expérimentations animales ? 8 militants français en grève de la faim – RTL Info

– Bas-Rhin : grève de la faim pour la fermeture du centre de primatologie – France 3 Alsace

– Des militants en grève de la faim contre la vivisection à Strasbourg – VegActu

– Grève de la faim contre l’extension du centre de primatologie – Dernières Nouvelles d’Alsace

– Un drone survole le centre de primatologie, une journaliste entendue – Dernières Nouvelles d’Alsace

– Une grève de la faim pour sauver des singes de la vivisection – Lyon Info.

– Des militants en grève de la faim contre l’expérimentation animale – Mr. Mondialisation

– Grève de la faim d’un ex-Romillon pour sauver des singes – L’Est Eclair.fr

Merci à Force Animale Intervention (FAI) pour la compilation d’articles de presse sur la page de soutien.

© Copyright Juin 2015 – Vegan Empowerment Francophone/Veronique Perrot – Tout droits réservés. Toute utilisation et/ou publication non-autorisée de ce matériel sans l’autorisation verbale ou écrite de cette auteur et/ou de cette propriétaire est strictement interdite. Des extraits ou des liens peuvent être utilisés si un crédit clair et complet et donné avec une direction spécifique et appropriée vers le contenu original.

Animal Testing – The Hidden torture chamber

One of the most controversial areas of animal abuse is Animal Research or Vivisection. If you ask the majority of people, they will tell you that they support Vivisection because it saves human lives. Is that so? It is a fact that the public is usually misinformed on most issues as we have a small elite who loves to keep people ignorant. That is nothing new. The elites want to stay in power, therefore they have to keep people apathetic and non-rebellious. As far as the animal rights movement, there was always a movement to abolish vivisection as the barbaric practice that it is for over a century. But like a lot of work that is being done in the area of animal abuse, the problem is not the animal abusers per say but the public who supports them with their tax dollars. Let’s face it, as Professor Gary Francione would say, if there is no demand, there is no supply. Education is the key once again. As far as vivisection is concerned, as long as people are convinced that their interests trumps the interests of non-human animals, it will continue. As long as they (erroneously) believe that it is a useful practice which saves human lives, it will continue.

It is a fact that most diseases have not been conquered with vaccines but better sanitation and personal care habits. Most drugs on the market today, tested on non-human animals, are in the end dangerous to humans and a lot of them get recalled (Vioxx anyone?). But the medical industry would have us believe that it is necessary to experiment on animals. The truth is that most « research » is just a way to get grant money. A lot of the testing is done for household products which could be very well tested with alternatives. In fact, more and more animal testings can now be replaced with alternatives.

monkeytesting

There is some encouragement on the horizon. According to the American Anti-vivisection Society: « In the European Union (EU) two major initiatives on toxicity and safety testing specifically acknowledge that the development and use of alternatives is critical. In the EU’s REACH legislation, one of the law’s guiding principles calls for the use of non-animal tests. And the 7th amendment to the EU’s Cosmetic Directive contains a provision that will prohibit any cosmetic from being marketed in the EU if it, or any of its ingredients, have been tested on animals. The EU has taken a leading role in the development of alternatives and has also invested its resources in validating alternatives for use in regulatory decision-making. The European Centre for the Validation of Alternative Methods (ECVAM), established in 1992, is based on EU Directives that state: « An Experiment shall not be performed if another scientifically satisfactory method of obtaining the result sought, not entailing the use of an animal, is reasonably and practicably available. »[….] »The EU has also implemented legislation that requires nearly 30,000 chemicals to be tested in an effort to protect human health and the environment. This legislation, called REACH (Registration, Evaluation, Authorization, and Restriction of Chemicals), caused major concern for animal advocates. Fortunately, it was amended to stipulate that the testing of cosmetic ingredients must also follow the EU Cosmetics Directive and that non-animal test methods must be used to prove that these chemicals are safe. In fact, REACH has spurred the creation of many new alternative methods. »

As usual the American leadership is non-existent. I just hope that the example of the EU will force changes over here. But we have to remember that the European directives came about because PEOPLE demanded them. The bottom line is that, just like a bigger cage is still a cage, animals won’t be free of torture chambers (aka medical labs) unless it is made clear that animal experimentation is unnecessary and outdated. 

We need to educate people towards eating a healthy plant based diet. A plant based diet will alleviate most of the chronic diseases which are now behind all the dangerous toxic drug tested on animals. We also need to educate people on shopping intelligently. There is a cruelty free alternative to most products out there. It is just a matter of being informed. Ultimately, educating people to go Vegan is the best service we can do the animals in labs and elsewhere as a TRUE Vegan will avoid all (or to the best of his or her ability) products and situations which create harm to animals.

© Copyright May 2012. All Rights Reserved. Printing by permission only.

Photo courtesy of Wiki commons